/news/education
Navigation

Session d’automne écourtée pour plusieurs cégépiens

Coup d'oeil sur cet article

Des cégépiens commenceront leurs cours plus tard qu’à l’habitude cet automne, alors que la session sera écourtée dans plusieurs établissements.

• À lire aussi: Opposition au projet d’agrandissement du collège Dawson

• À lire aussi: Session d’automne: masques et visières pour des cégépiens

• À lire aussi: Rentrée dans les cégeps : un cauchemar d’incertitude pour des enseignants précaires

Au cégep de Sainte-Foy, la direction prévoit une session d’automne de 12 semaines plutôt que 15, si les assouplissements réglementaires annoncés par Québec se confirment.

Selon ce scénario, la session commencera le 8 septembre, après la fête du Travail, plutôt que le 23 août, tel que prévu avant la pandémie. 

Le début tardif des cours permettra aux enseignants de mieux se préparer et de se réajuster selon les nouvelles directives qui pourraient être en vigueur, explique la directrice des études, Sophie-Emmanuelle Genest.

Entre le 23 août et le 8 septembre, des activités de mise à niveau pourront être organisées pour les étudiants qui arriveront du secondaire ou pour ceux qui n’ont pas pu voir certaines notions essentielles lors de la dernière session.

Des activités d’accueil pour les nouveaux étudiants, en petits groupes, pourront aussi être organisées.

La période d’examen sera aussi prolongée en fin de session afin de permettre à un maximum d’épreuves de se dérouler en classe, même si les groupes doivent être réduits.

«À géométrie variable»

Plusieurs autres cégeps, dont Limoilou et Lévis-Lauzon, ont décidé de retarder d’une semaine le début des cours, prévu le 31 août, afin de permettre à leurs enseignants de mieux se préparer pour cette session hors du commun.

«C’est à géométrie variable, mais la tendance c’est de commencer une semaine plus tard pour permettre des activités d’accueil pour les nouveaux étudiants et pour donner le temps aux profs de finaliser leur préparation», indique Yves de Repentigny, vice-président de la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN).

Du côté des étudiants, on s’attend à ce que ces modifications mènent à un enseignement «de qualité et équitable» durant la prochaine session.

La Fédération étudiante collégiale espère que ce calendrier écourté n’entraînera pas d’augmentation de la charge de travail des cégépiens.