/investigations/health
Navigation

Bientôt la fin des fax pour compter les morts

Coup d'oeil sur cet article

Fortement critiqué pour le décompte des morts de la COVID-19 qui se fait par télécopieur et par la poste, le ministère de la Santé est parvenu à créer un formulaire informatisé en une semaine à peine. Une solution qui n’est toutefois pas encore utilisée partout dans la province.

La semaine dernière, notre Bureau d’enquête dévoilait que Québec comptabilisait encore les décès de la COVID-19 par télécopieur et par la poste, ce qui a entraîné des erreurs et des retards dans le décompte des morts au cours des dernières semaines.

Plus de 200 décès ont ainsi été « oubliés » parce que des résidences pour aînés ou CHSLD n’ont tout simplement pas envoyé les télécopies des bulletins de décès.

Anormal

À la suite de ce reportage, le premier ministre François Legault avait promis de mettre un terme à l’usage du télécopieur pour signaler les décès liés à la COVID-19. La promesse devait être réalisée en moins de sept jours.

« En 2020, il n’est pas normal que ça se fasse par la poste ou par fax », avait indiqué le premier ministre en conférence de presse.

Une équipe spéciale a été mise en place pour effectuer les travaux de façon urgente. Le ministère assure qu’aucun consultant n’a été engagé et qu’aucun logiciel n’a été acheté.

« Des démarches étaient déjà en cours pour informatiser ce formulaire avant la semaine dernière. Nous avons accéléré les travaux », indique la porte-parole du ministère, Marie-Claude Lacasse.

Le nouveau formulaire simplifié permet d’entrer certaines données, comme le numéro de bulletin de décès, le lieu de résidence de la personne décédée, son sexe et les informations sur la personne qui a rempli le bulletin de décès. 

L’information est ensuite transmise à la Direction de la santé publique de la région concernée.

Pas implanté partout

Or, le processus n’est pas encore fonctionnel partout, si bien que l’on continue d’utiliser le fax à plusieurs endroits.

« C’est en train de s’implanter, mais ce n’est pas encore actif. Ce système remplacera les fax, mais il repose encore sur la transmission des déclarations par les établissements », a indiqué Hélène Perrault, agente d’information à la Direction régionale de santé publique de Montréal.

La direction de la santé publique de la Montérégie affirme pour sa part que le formulaire électronique est déjà en vigueur. Le ministère estime qu’il faudra encore quelques jours pour que les gens se familiarisent avec la nouvelle formule.

Le gouvernement souhaite retirer les télécopieurs de l’ensemble de son réseau de la santé d’ici 2023.