/news/coronavirus
Navigation

[IMAGES] Un Ironman pour contrer les effets du confinement

500 personnes ont participé au défi qui a permis d’amasser 12 000 $ pour les jeunes

[IMAGES] Un Ironman pour contrer les effets du confinement
Photo Pascal Huot

Coup d'oeil sur cet article

Pour contrer les effets du confinement sur les jeunes, le directeur général d’un organisme qui vise à prévenir le décrochage scolaire grâce au sport a récolté 12 000 $ avec un triathlon Ironman à Québec.

Luc Richer de Motivaction Jeunesse au fil d’arrivée.
Photo Pascal Huot
Luc Richer de Motivaction Jeunesse au fil d’arrivée.

Pour son 55e anniversaire, le directeur général de Motivaction Jeunesse, Luc Richer, a décidé d’organiser son propre triathlon Ironman, le Défi 55. 

Le tout, en amassant des dons pour contrer l’impact négatif du confinement sur les jeunes, mais aussi en permettant à plusieurs athlètes de reprendre un peu la vie normale avec un entraînement en plein air en groupe.

[IMAGES] Un Ironman pour contrer les effets du confinement
Photo Pascal Huot

Le souffle court, mais le sourire fendu jusqu’aux oreilles, l’homme a terminé son périple hier soir à la place D’Youville, après avoir parcouru 55 km en vélo, 55 km à la course et 5,5 km à la nage.

« C’est ce qu’on essaie d’enseigner aux jeunes : la persévérance, le courage, se dépasser et aller au-delà des difficultés », explique l’homme dont l’organisme vise aussi à prévenir la délinquance et la sédentarité chez les jeunes de milieux défavorisés.

[IMAGES] Un Ironman pour contrer les effets du confinement
Photo Pascal Huot

Non seulement M. Richer s’est lancé ce défi personnel, mais il a aussi invité la population à bouger de son côté ou à l’accompagner pour une partie du parcours, en échange d’un don. Finalement, ce sont près de 500 personnes qui ont permis de récolter 12 000 $ pour la cause. 

Dommages collatéraux

Pour le directeur général de Motivaction jeunesse, la pandémie a eu de gros impacts physiques et psychologiques chez les jeunes qui sont devenus des dommages collatéraux de cette crise. 

« Ils s’ennuient, ils perdent beaucoup de temps à la maison sur les écrans et ils vivent beaucoup de décrochage social depuis le début de la crise, indique-t-il. Sans parler de l’anxiété, de la baisse de motivation et de la consommation de drogue. »

« À la rentrée des classes, en septembre, on va avoir beaucoup de travail de rattrapage à faire à cause de tout ça, c’est certain », craint-il.

Retour à la normale

Noor Mohammed, un jeune immigrant issu du Bangladesh qui côtoie l’organisme depuis quelques années, connaît bien cette impression de solitude et d’ennui causé par le confinement. 

[IMAGES] Un Ironman pour contrer les effets du confinement
Photo Pascal Huot

En parcourant une partie du triathlon aux côtés de Luc Richer, à une distance de deux mètres, il a pu renouer avec son amour du sport.

Noor Mohammed, un jeune participant au défi.
Photo Pascal Huot
Noor Mohammed, un jeune participant au défi.

« C’est la première fois que je courrais avec quelqu’un depuis très longtemps à cause de la pandémie. C’est un jour de fête pour moi! », raconte le jeune homme qui attendait cette journée « avec impatience ».

L’ancien boxeur Éric Martel-Bahoéli (à gauche).
Photo Pascal Huot
L’ancien boxeur Éric Martel-Bahoéli (à gauche).

Pour Noor, cette première journée de plein air avec des gens qui lui sont significatifs représente « un nouveau commencement », après la période sombre de la crise.

« C’est encourageant. C’est une première étape vers un retour à la normale. »