/entertainment/stage
Navigation

Théâtre: un assouplissement accueilli avec optimisme

Anne-Marie Olivier, directrice artistique du Trident.
Photo d'archives, Stevens LeBlanc Anne-Marie Olivier, directrice artistique du Trident.

Coup d'oeil sur cet article

Le monde du théâtre accueille avec optimisme les nouvelles directives permettant, à partir du 22 juin, des rassemblements de 50 personnes.

«C'est un bon signe et ça va dans le sens de ce qu'on est en train de préparer», a lancé Anne-Marie Olivier, directrice artistique du Trident, à Québec.

Au Théâtre La Licorne, à Montréal, on entrevoit donner le coup d’envoi de la saison 2020-2021 en septembre.

«La réouverture va se faire à travers les spectacles qui étaient déjà prévus», a indiqué le directeur général et artistique Philippe Lambert.

Au Théâtre du Rideau Vert, on accueille la nouvelle positivement. 

«Nous envisagerons la réouverture, mais en même temps, nous sommes inquiets d’une deuxième vague à l’automne. Cinquante personnes, ce n’est pas beaucoup, mais cela permettra de commencer les répétitions en temps et lieu», a fait savoir la directrice générale du Rideau Vert, dans un courriel.

Pour Marie-Ève Dumont, directrice générale du Théâtre Périscope, à Québec, ces nouvelles directives répondent à ce qu’elle pensait offrir en septembre, soit une salle, avec distanciation physique, pouvant accueillir autour de 40 spectateurs. 

«Oui, nous pensons pouvoir être en mesure d'accueillir du public avec des événements à l’automne dans des formes plus petites et plus simples. Nous y travaillons actuellement», a-t-elle mentionné. 

Des questions

Il sera toutefois impossible, en raison des mesures sanitaires sur scène, de présenter les premières productions qui étaient prévues à la rentrée automnale.

«Avec cette nouvelle, nous comprenons que la création pourra reprendre tranquillement au cours de l’été et que nous pourrons ouvrir nos salles de répétition aux créateurs de la région. Nous pourrons peut-être présenter certaines productions déjà planifiées, mais nous attendons toujours les mesures d’aides complémentaires en regard avec la billetterie», a-t-elle ajouté.

Au Diamant, la directrice des communications, Élisabeth Farinacci, précise qu’il manque certains détails avant de pouvoir se positionner officiellement.

À la Bordée, dans le quartier Saint-Roch, le codirecteur général et administratif Bruno Brochu n’est pas en mesure, pour le moment, de confirmer une réouverture à l’automne.

Le nombre de sièges, avec la mesure de 1,5 m, serait insuffisant en termes de rentabilité. 

À Premier Acte, à Québec, Marc Gourdeau voit un pas dans la bonne direction. Il reste toutefois encore bien des questions.

«Si le 1,5 m se traduit par des salles à 40% ou 50%, comment sera compensé le manque à gagner? Et quelles seront les règles sanitaires pour les artistes sur scène, mais aussi en création et en répétitions?», a-t-il fait remarquer dans un courriel.