/news/consumer
Navigation

Réouverture des restos à Québec: très fébriles, mais lucides

Les restaurateurs sont heureux de recevoir leurs premiers clients, mais ils ne se font pas d’illusions

On s’affairait dimanche aux derniers préparatifs avant la réouverture au bistro français l’Échaudé, dans le Vieux-Port de Québec. « Tout le monde a hâte de reprendre le boulot », lance Johanne Ferland, copropriétaire de l’établissement avec Jean-François Girard.
Photo Annie T. Roussel On s’affairait dimanche aux derniers préparatifs avant la réouverture au bistro français l’Échaudé, dans le Vieux-Port de Québec. « Tout le monde a hâte de reprendre le boulot », lance Johanne Ferland, copropriétaire de l’établissement avec Jean-François Girard.

Coup d'oeil sur cet article

Très impatients d’accueillir finalement leur clientèle à leur table, les restaurateurs de Québec prévoient un certain engouement cette semaine, bien qu’ils ne se font pas d’illusions pour le reste de l’été.

• À lire aussi: Réouverture des restaurants dès lundi : tout ce que vous devez savoir

C’est donc le jour J pour de nombreux restaurateurs du Québec, sauf dans le grand Montréal. Après tout près de trois mois de disette où ils ne pouvaient qu’offrir des repas pour emporter, ils peuvent maintenant rouvrir leurs salles et terrasses à leur chère clientèle, pourvu qu’ils respectent certaines consignes.

Signe que ce moment était attendu, le téléphone a déjà commencé à sonner à plusieurs adresses. 

Avec une centaine de réservations, L’Atelier de la Grande Allée, par exemple, affiche presque complet ce soir, si l’on tient compte, il va sans dire, de la nouvelle configuration des lieux. Distanciation physique oblige, il a fallu couper plus de 50 % des places sur la terrasse, et plus de 60 % à l’intérieur.

«Il y a vraiment un très bon buzz, honnêtement, au niveau de la réouverture des restaurants», constate Fabio Monti, propriétaire de l’Atelier et de son voisin, l’Ophelia. Les deux établissements ont investi près de 30 000 $ dans différentes mesures, comme l’ajout de plexiglas, de lavabos et même l’aménagement d’une nouvelle porte de sortie.

Des assouplissements espérés

Avec la chute du tourisme et l’arrêt des festivals, «je ne connaîtrai pas l’été que j’ai normalement», reconnaît M. Monti, tout en étant «convaincu» que les gens de Québec «vont être au rendez-vous».

«On sait d’ores et déjà que notre année 2020 ne ressemblera en rien [aux années précédentes]. [...] Si la température est là et si les gens sont là, d’après moi, on devrait bien s’en tirer», espère de son côté le chef et copropriétaire de l’Échaudé dans le Vieux-Port de Québec, Jean-François Girard.

Du bout des lèvres, des restaurateurs se permettent aussi de souhaiter quelques assouplissements tout en se montrant compréhensifs à l’égard des impératifs de santé publique. 

«C’est sûr que ce [serait] plus facile, pour nous, d’opérer à un mètre, plutôt qu’à deux mètres, parce que, là, on s’entend que les restaurants sont épurés», s’exclame Jonathan Delarosbil, copropriétaire de quatre franchises Boston Pizza dans la région.

Réouverture repoussée

Par ailleurs, il est à noter que tous les restaurants de la capitale n’ouvriront pas aujourd’hui. Plusieurs ont repoussé ce moment parce que l’implantation des mesures sanitaires n’est pas complétée, ou encore parce que les débuts de semaine ne sont pas particulièrement profitables.

Pierre Martin, qui est copropriétaire de 11 rôtisseries St-Hubert dans la grande région de Québec, explique qu’il a privilégié une reprise graduelle des opérations. «Très heureux, mais un peu nerveux», son groupe ouvrira quatre salles à manger aujourd’hui, et les autres suivront jusqu’à la fin du mois.

Comme ailleurs, ses serveurs porteront le masque et les lunettes de protection. «C’est notre défi de créer une atmosphère malgré ça, parce que c’est sûr que ça va faire un peu spécial», lance-t-il.

Enfin à table!     

On s’affairait dimanche aux derniers préparatifs avant la réouverture au bistro français l’Échaudé, dans le Vieux-Port de Québec. « Tout le monde a hâte de reprendre le boulot », lance Johanne Ferland, copropriétaire de l’établissement avec Jean-François Girard.
Photo Stevens LeBlanc

«Le meilleur des scénarios, c’est 50 % de notre chiffre d’affaires des dernières années et le pire scénario, c’est 30 %. [...] Il faut enlever nos lunettes roses. Tant qu’il n’y aura pas de vaccin ou de médication pour régler ce problème de COVID, on va vivre avec les règles que l’on vit en ce moment.»

— Pierre Moreau, PDG de Restos Plaisirs.

On s’affairait dimanche aux derniers préparatifs avant la réouverture au bistro français l’Échaudé, dans le Vieux-Port de Québec. « Tout le monde a hâte de reprendre le boulot », lance Johanne Ferland, copropriétaire de l’établissement avec Jean-François Girard.
Photo Annie T. Roussel

«Je suis vraiment heureux, je suis content, car les dernières semaines ont été assez rocambolesques. [...] On ne peut pas être plus sécuritaire qu’on l’est maintenant.»

— Jonathan Delarosbil, copropriétaire de quatre restaurants Boston Pizza dans la région de Québec

On s’affairait dimanche aux derniers préparatifs avant la réouverture au bistro français l’Échaudé, dans le Vieux-Port de Québec. « Tout le monde a hâte de reprendre le boulot », lance Johanne Ferland, copropriétaire de l’établissement avec Jean-François Girard.
Photo Jean-François Desgagnés

«On a plein de fans qui vont venir dans la première semaine. [...] Pour juin, on pense rouler au quart, au cinquième de notre capacité habituelle pour repartir à peu près à 50 % sur juillet-août et à peu près 90 % sur septembre.»

— Nicolas Lavigne, propriétaire du Côtes-à-Côtes Resto-Grill

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.