/news/politics
Navigation

Identité numérique: une consultation publique réclamée

Marwah Rizqy du PLQ
Photo Simon Clark Marwah Rizqy du PLQ

Coup d'oeil sur cet article

Le parti libéral du Québec réclame une consultation publique sur le projet d’identité numérique et sur la protection des données personnelles des Québécois.

• À lire aussi: Identité numérique pour chaque Québécois: le plus gros chantier informatique de l’histoire

Le projet d’identité numérique est un projet «wow» à première vue, admet la porte-parole en matière de Transformation numérique de l’opposition officielle, Marwah Rizqy. Or, elle réclame une consultation pour ce projet historique.

Notre Bureau d’enquête révélait hier que le gouvernement de la CAQ veut devenir le gardien des données confidentielles de tous les Québécois en fournissant à chaque citoyen sa propre identité numérique. Un ambitieux projet qui coûtera des milliards de dollars et qui n’a jamais été réalisé ailleurs dans le monde avec la technologie des chaînes de blocs. Un technologie qualifiée d'inviolable par le ministre de la Transformation numérique, Éric Caire, et des experts. 

La biométrie des citoyens pourrait être utilisée pour protéger les données, par exemple à l’aide d’un téléphone cellulaire ou d’un mouvement devant un détecteur.

«Le problème, une fois votre identité numérique volée, comment fait-on pour changer vos empreintes digitales ou votre rétine? C’est impossible. Il n’y a pas plus personnel que vos données biométriques», souligne la députée de Saint-Laurent.

«On demande de la transparence. Je ne suis pas prête à leur donner un chèque en blanc. Je demande que nous ayons une commission publique. Qu’on entende les Québécois. Oui, ça peut être une bonne idée, mais encore faut-il se doter des meilleurs mécanismes», réclame la députée libérale.

Elle est également inquiète de voir le Mouvement Desjardins rôder autour du ministre dans le cadre du projet d’identité numérique, surtout à la suite du scandale des fuites de données de l’an dernier. «Si son intention est d’avoir des partenariats, qu’il nous le dise clairement dans une commission publique», souhaite la députée.

Données au Québec

Un premier pas dans la bonne direction, selon Mme Rizqy, serait de ne pas confier 80% de l'hébergement des données des Québécois aux multinationales étrangères, comme l’a annoncé le gouvernement l’an dernier.

«La souveraineté numérique, ça passe par un gouvernement québécois qui gère ses données», signale Mme Rizqy.

Une idée partagée par le leader en chambre du Parti québécois, Martin Ouellet.

Ce dernier a cependant indiqué, sur Twitter, qu’il partageait la même idée que le gouvernement concernant l’identité numérique.

«L'idée que j'ai proposée l'été dernier chemine! Pour protéger les données des Québécois, la création d'une identité numérique sera une avancée importante», a-t-il mentionné.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.