/news/green
Navigation

Sécheresse hâtive dans les champs du Bas-Saint-Laurent

Sécheresse hâtive dans les champs du Bas-Saint-Laurent
CAPTURE D'ÉCRAN / TVA NOUVELLES / AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

RIMOUSKI – Le manque important de précipitations cause bien des maux de tête aux producteurs agricoles et maraîchers du Bas-Saint-Laurent.

Plusieurs agriculteurs affirment avoir rarement vu des conditions de sécheresse aussi tôt en saison. L’été n’est pas encore officiellement arrivé.

Selon Environnement Canada, le printemps a été beaucoup plus sec que la normale. Dans le secteur de Rimouski et de Mont-Joli, il est tombé 44,4 millimètres de pluie en mai alors qu’en moyenne, la région reçoit 82 millimètres de précipitations. Pour le mois de juin, il est tombé 17 millimètres de pluie seulement jusqu'à maintenant.

L’absence de précipitations en quantité suffisante complique le travail des maraîchers qui doivent répondre à la demande de paniers de légumes qui est importante cette année.

«Normalement, on peut semer des carottes et anticiper la pluie pour faire les semis et tout ça va lever normalement», a expliqué la copropriétaire de la Ferme du Vert Mouton, à Saint-Valérien près de Rimouski.

«Là, on fait des semis et si je ne mets pas de liquide et de gicleurs, il n’y a rien qui germe, a-t-elle dit. Le sol est sec et la graine reste dormante. Dès que je fais un semis, si je veux suivre mon calendrier, il faut que j’installe des gicleurs.»

Avec les derniers étés très secs, la ferme a décidé d’installer un autre puits afin de s’assurer d’avoir de l’eau en quantité suffisante pour les récoltes de légumes.

Situation difficile pour le foin

La situation est aussi difficile pour le foin qui sert à nourrir le bétail des producteurs laitiers. Certains d’entre eux notent des baisses de rendement de 50% lors de leur première fauche.

Les sols sont très secs. «Il n’y a même pas d’eau dans les cours d’eau, dans les petites rigoles», a dit Roger Fournier de la Ferme Ronier, à Saint-Anaclet.

«La terre est vraiment sèche, a-t-il ajouté. Les derniers semis du printemps, les racines ne sont pas assez en longueur. Ils manquent d’eau.»

Environnement Canada ne prévoit pas de précipitations d'importance dans les dix prochains jours. Les étés 2017 et 2018 ont été passablement difficiles pour les producteurs agricoles du Bas-Saint-Laurent en raison d’épisodes de sécheresse.