/news/transports
Navigation

Régis Labeaume veut rallier les banlieusards au projet de tramway

Régis Labeaume.
Photo Stevens LeBlanc Régis Labeaume.

Coup d'oeil sur cet article

Conscient de l’érosion de l’appui au réseau structurant de transport en commun, Régis Labeaume compte reprendre les choses en main. Des annonces visant particulièrement les résidents des banlieues sont imminentes, a appris Le Journal.

• À lire aussi: Secteur Chaudière: «Une petite ville» de 9000 personnes autour du tramway

C’est ce qui ressort d’une rencontre qui s’est déroulée lundi au siège du ministère des Transports, à Québec, en présence du ministre François Bonnardel et des députés caquistes de la région de la Capitale-Nationale (à l’exception notable de Jonatan Julien qui avait autre chose à son agenda).

Accompagné de son directeur de cabinet et du directeur général de la Municipalité, M. Labeaume a présenté – pendant une heure – une mise à jour détaillant le mégaprojet de 3,3 milliards $.

Il a ensuite répondu aux questions des élus pendant une trentaine de minutes.

Parmi les nouveautés, le maire de Québec n’a pas écarté la possibilité de doubler carrément le budget de publicité du réseau pour tenter de renverser la tendance des derniers sondages.

Aussi, une annonce sur la réorganisation et l’ajout de parcours d’autobus eXpress du Réseau de transport de la Capitale (RTC) sera faite très bientôt.

Le but affiché est de permettre aux résidents des banlieues de se rendre rapidement et facilement à une des stations du tramway, surtout aux terminus de Charlesbourg et de Cap-Rouge. L’idée – que le maire Labeaume répète inlassablement depuis des mois – est que les banlieusards aient l’opportunité de se débarrasser de leur deuxième voiture et de faire une économie annuelle évaluée entre 8000 $ et 10 000 $.

«Pas un super vendeur»

Une source, qui a assisté à la rencontre de lundi, a relaté que «jusqu’à maintenant, le maire n’a pas été un super bon vendeur pour le projet. On le lui a dit et il l’a bien pris. Lui-même l’a admis. Dans nos comtés, on se fait dire que le tramway n’est pas l’idée du siècle».

Alors que les rumeurs décrivaient la rencontre avec les députés de «froide», voire de «glaciale», cette perception n’était toutefois pas partagée par tous.

«Ce serait exagéré de dire que c’était glacial. Disons qu’on a écouté le maire attentivement. L’accueil était poli. Mais tout le monde prend pour acquis que c’est le projet de la Ville. Ce n’est pas à nous de prendre les devants là-dessus», nous a glissé un élu.

Mercredi, le cabinet du maire Labeaume n’a pas voulu faire de commentaires au sujet de la rencontre de lundi.

Dans le dernier sondage Léger publié le 1er juin par Le Journal et réalisé en pleine crise sanitaire, on apprenait qu’à peine 40 % des citoyens de la région de Québec souhaitaient maintenir le réseau structurant (incluant le tramway), contre 57 % qui disaient vouloir le remettre en question.