/news/provincial
Navigation

Les futurs participants au BAPE sur le tramway dévoilent leurs préoccupations

Coup d'oeil sur cet article

Pourquoi l’administration Labeaume a-t-elle opté pour le tramway plutôt que pour un autre moyen de transport ? Il s’agit là de la principale préoccupation exprimée par les 1600 répondants à un questionnaire du BAPE, a appris Le Journal.

Du 29 mai au 12 juin, le BAPE (Bureau d’audiences publiques sur l’environnement) a mis en ligne un vaste sondage préconsultation pour mesurer l’intérêt de la population à participer aux audiences qui porteront sur le tramway de Québec à partir de la semaine du 6 juillet. 

« De manière générale, quelles seraient vos questions ou vos préoccupations principales en lien avec ce projet ? » demandait notamment le BAPE.

Trois préoccupations 

Après avoir regroupé les réponses reçues, le BAPE a conclu que la principale préoccupation des citoyens concerne « la justification de la technologie retenue au regard des alternatives et de l’amélioration du service ». 

Concrètement, les gens s’interrogent surtout sur le choix spécifique du tramway par rapport à d’autres moyens de transport lourds comme le métro ou le monorail ou même par rapport à la seule amélioration du service d’autobus existant. 

La seconde préoccupation des personnes sondées a trait aux « coûts du projet ». En troisième position, les répondants s’interrogent sur « la justification des besoins en transport en commun, incluant l’impact de la COVID-19 », rapporte le BAPE. 

Calendrier détaillé bientôt

Le calendrier détaillé des audiences devrait être dévoilé au début de la semaine prochaine. À ce stade-ci, il n’est toujours pas clair si le BAPE va se dérouler entièrement ou partiellement en ligne. La décision dépendra de l’évolution de la crise sanitaire et des consignes de la santé publique. 

Dans un ordre d’idées connexe, le ministère de l’Environnement a posé de nouvelles questions à la Ville de Québec, selon un document rendu public jeudi. Cette fois, les interrogations concernent la façon par laquelle la municipalité compte impliquer la Nation huronne-wendat dans les travaux archéologiques liés au mégaprojet.