/finance/news
Navigation

Les nombreux impacts de la pandémie sur votre retraite

AdobeStock_255574552 [Converti]
Illustration Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Alors que la pandémie déstabilise énormément les marchés boursiers partout à travers le monde, les retraités qui puisent dans leurs économies et leurs placements sont inquiets.

Avant la retraite, on se trouve dans une phase d’accumulation. Cela signifie que le temps joue en votre faveur, et la volatilité aussi. 

« À ce moment-là, on a une perspective à long terme, et par conséquent une baisse des marchés n’aura pas un impact sur vos revenus de retraite. Mais lorsqu’on quitte la vie active et que l’on commence à prélever dans ses actifs pour arrondir ses fins de mois et compléter les rentes gouvernementales, la situation s’inverse complètement », prévient Jean-Philippe Vézina, planificateur financier et fiscaliste pour l’équipe de Jean-Maurice Vézina. 

Autrement dit, le temps joue contre vous puisque vous puisez dans vos placements et que votre capital réduit graduellement. 

En pleine débâcle des marchés boursiers, votre capital peut fondre comme neige au soleil, comme c’est le cas actuellement. Comment réagir ?

Stratégie dans un marché baissier

Martine, 65 ans et nouvellement retraitée. Elle retire 1800 $ par mois de son REER qui, au 1er janvier 2020, avait un solde de 300 000 $. Selon son profil d’investisseur, elle estime pouvoir obtenir 5 % de rendement sur ses placements, même si son portefeuille connaît des variations.

Mais les turbulences boursières ont changé la donne. 

« Étant donné que Martine retire de l’argent tous les mois, une baisse des marchés a un impact significatif sur la retraite. Si elle ne fait rien, elle aura épuisé son REER vers l’âge de 82 ans », mentionne Jean-Philippe Vézina.

Il précise qu’il faut éviter de se retirer du marché dans des périodes de baisse significative. Il recommande plutôt d’adopter différentes stratégies. 

« Par exemple, il serait préférable de mettre sur pied un deuxième portefeuille comprenant des investissements beaucoup plus prudents d’une valeur équivalant à environ deux ou trois ans du coût de la vie de Martine, et d’effectuer les prélèvements dans celui-ci lorsque le marché est baissier », indique-t-il. 

En appliquant cette méthode, Martine pourra éviter d’assumer des pertes et prolongera la durée de son REER jusqu’à environ 88 ans. Précisons que les planificateurs financiers font habituellement des projections pour leurs clients jusqu’à l’âge de 95 ans.

Une gestion de portefeuille adaptée

De plus, lorsque le marché remontera, Martine pourra se servir des profits obtenus dans son premier REER pour renflouer le deuxième, dans lequel elle effectue les retraits.

Elle devrait aussi s’assurer que le gestionnaire de son portefeuille soit proactif dans les circonstances actuelles, par exemple en choisissant des titres stratégiques. 

« C’est toujours du cas par cas, mais on pourrait penser à des produits défensifs, c’est-à-dire des titres qui sont relativement sûrs, qui touchent à la consommation de base, l’alimentation, etc. », indique Jean-Philippe Vézina. 

De cette façon, Martine conservera des investissements et pourra profiter de la remontée des marchés qui finira par survenir, comme le démontre l’histoire. 

« On n’a jamais vu une récession se prolonger plus de trois ans », mentionne le fiscaliste.

Conseils

  • Quel est le pire geste que pourrait poser Martine dans les circonstances actuelles ? Tout vendre et liquider ses portefeuilles, estime Jean-Philippe Vézina. Si elle le faisait, elle pourrait manquer le train de la remontée du marché lorsque cela se concrétisera. En période de marché baissier, il est donc indispensable d’avoir une vision globale et à long terme. 
  • Si vous êtes déjà à la retraite, demandez à votre planificateur financier de mettre en place une stratégie de décaissement adaptée à votre situation. Un plan personnalisé permettra de faire durer vos épargnes plus longtemps.
  • Vous n’arrivez pas à dormir la nuit ? C’est le signe que vous devriez revoir rapidement votre profil d’investisseur pour en choisir un plus prudent, par exemple.