/news/politics
Navigation

Lettre à Legault: Des attractions touristiques majeures n'en peuvent plus d'attendre

Impatientes, elles veulent une date de réouverture

Lettre à Legault: Des attractions touristiques majeures n'en peuvent plus d'attendre
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Excédés d’être systématiquement oubliés par l’État québécois, les dirigeants de La Ronde, de la Station Mont-Tremblant, du Village Vacances Valcartier et de quinze autres attractions implorent François Legault de confirmer leur réouverture prochaine.

• À lire aussi: Industrie touristique: une lettre au premier ministre

La récente annonce d’une nouvelle étape de déconfinement de l’industrie touristique, le 11 juin dernier, a laissé «plus d’une centaine d’entreprises touristiques» sur leur faim et «avec un sentiment d’incompréhension», déplorent les 18 cosignataires d’une lettre expédiée au premier ministre, mercredi, dont Le Journal a obtenu copie.

Parmi les autres signataires, qui sont plus impatients que jamais, il y a notamment le Super Aqua Club de Pointe-Calumet, le Village Québécois d’Antan à Drummondville, le Village du Père Noël à Val-David, la Cité de l’Énergie à Shawinigan (qui ouvrira ses portes partiellement le 27 juin), le Méga Parc des Galeries de la Capitale à Québec et le site traditionnel Huron de Wendake.

«Nous, les dirigeants de certaines de ces attractions, parcs aquatiques, sites thématiques et centres d’amusement de partout au Québec, ne comprenons pas pourquoi nous n’avons pu obtenir le feu vert de réouverture, afin de contribuer, nous aussi, au succès des vacances des Québécois», peut-on lire. Ils disent avoir besoin d’une date au plus vite pour pouvoir planifier l’été et être intégrés à l’offre de forfaits vacances bientôt mise de l’avant par Québec.

Le temps presse et «l’été est à nos portes», insistent-ils, rappelant l’urgence de la situation pour leurs entreprises. Ils disent également ne pas comprendre les délais additionnels «alors que le guide sanitaire pour le tourisme est approuvé depuis plusieurs semaines» et que des mesures complémentaires ont été transmises à la santé publique la semaine dernière.

Totalement dans le néant

Mélanie L-Guérin, du SkyVenture à Laval, a également signé la lettre. Elle n’a aucune réponse de la santé publique quant à l’utilisation éventuelle de son simulateur de chute libre intérieur, une activité unique qui n’entre dans aucune case pour la planification d’un guide sanitaire.

Mélanie L-Guérin, du SkyVenture à Laval
Photo Agence QMI, Joël Lemay
Mélanie L-Guérin, du SkyVenture à Laval

«On n’est pas capables d’avoir aucune information. Il y a de l’incohérence aussi. Pourquoi aujourd’hui (hier), on annonce que les gyms peuvent ouvrir alors qu’une entreprise comme nous ne peut pas? C’est difficile à justifier auprès de nos clients, parachutistes et militaires qui s’entraînent ici», confie-t-elle en entrevue.  

«Ce qui est difficile en ce moment, c’est que tout s’accélère, il y a beaucoup d’annonces et quand le gouvernement va me dire que je peux rouvrir, je ne peux pas me virer sur un dix sous et ouvrir le lendemain. Il y a beaucoup de choses à mettre en place et il y a des choses pour lesquelles je ne peux pas me préparer parce que je n’ai pas de réponses», ajoute-t-elle.

Cri du cœur à Valcartier

La semaine dernière, le président et chef des opérations du Groupe Calypso Valcartier, Sylvain Lauzon, avait déjà lancé un cri du cœur. «On n’est pas très contents parce qu’on parle d’injustice et d’iniquité. La fenêtre d’opportunité est courte. Ça nous scie les jambes de voir l’ouverture des jardins zoologiques et du Parc Safari. On comprend mal. Donnez-nous une date!» avait-il lancé en entrevue.

La lettre intégrale, envoyée au premier ministre François Legault, au directeur national de la santé publique, Horacio Arruda, à la ministre de la Santé, Danielle McCann, et à la ministre du Tourisme, Caroline Proulx, est disponible ici.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.