/news/currentevents
Navigation

Poursuite pénale contre Lacroix

Dominic Lacroix (à gauche)
Photo d'archives, Stevens LeBlanc Dominic Lacroix (à gauche)

Coup d'oeil sur cet article

L’Autorité des marchés financiers intente une poursuite pénale contre Dominic Lacroix et deux partenaires. L’AMF leur reproche d’avoir fait des placements illégaux dans le cadre du projet de cryptomonnaie PlexCoin.

Une autre tuile s’abat sur l’homme d’affaires. 

La plus récente poursuite comporte sept chefs d’accusation à l’endroit de Dominic Lacroix, Sabrina Paradis-Royer et Yan Ouellet pour diverses infractions liées à des activités de placement illégal. 

Informations fausses

Plus particulièrement, l’Autorité reproche à Dominic Lacroix d’avoir effectué des placements sans prospectus et fourni des informations fausses ou trompeuses lors d’opérations sur valeurs. 

L’Autorité reproche à Sabrina Paradis-Royer ainsi qu’à Yan Ouellet d’avoir effectué des placements sans prospectus lors d’opérations sur valeurs dans le cadre du projet PlexCoin. 

Entre juillet 2017 et mai 2018, l’AMF est intervenue auprès du Tribunal administratif des marchés financiers dans ce dossier et a obtenu, notamment, des ordonnances de blocage des actifs personnels, comptes bancaires et cryptomonnaies détenus ou sous le contrôle de Dominic Lacroix. 

Dans le cadre de son enquête, l’AMF a sollicité la collaboration de la Securities and Exchange Commission des États-Unis et a obtenu la nomination d’un administrateur provisoire ayant pour mandat de procéder à la redistribution aux investisseurs des sommes saisies ou bloquées. 

Agence du revenu

Le créateur du PlexCoin est aussi la cible de l’Agence du revenu du Canada, qui lui réclame près de 8,8 M$.

En décembre 2019, c’était au tour de la Banque CIBC de lancer des procédures pour saisir l’une de ses résidences en raison d’une hypothèque mensuelle de 8027 $ impayée depuis des mois. Le prêt initial était de 1,8 M$. 

Depuis près de trois ans, Dominic Lacroix et sa conjointe sont aux prises avec des démêlés judiciaires contre l’AMF.