/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: tous les patients seront désormais dépistés dans les urgences

Coup d'oeil sur cet article

Tous les patients qui se rendront aux urgences, qu’ils présentent des symptômes de la COVID-19 ou non, pourront dorénavant se faire dépister, dans le but d’augmenter le nombre de tests réalisés au sein de la population.

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de coronavirus

Le ministère de la Santé et des Services sociaux a fait parvenir aux dirigeants des établissements de santé, au cours des dernières heures, de nouvelles directives relativement à l’offre de tests.

Dans ce courriel, le sous-ministre demande aux dirigeants d’«appliquer systématiquement» les nouvelles directives, dont celle d'offrir à tous les patients asymptomatiques qui se présentent à l’urgence la possibilité de subir un test. On spécifie qu’il n’est pas nécessaire, pour les patients, d’attendre l’obtention d’un résultat avant l’admission dans l’établissement ou encore d’avoir leur congé.

Le ministère de la Santé précise que le test, bien que fortement suggéré, ne sera pas obligatoire pour les patients asymptomatiques. Le dépistage sera organisé par les hôpitaux et pourrait être réalisé au triage, au moment de la consultation ou encore au départ.

Les patients qui ont été admis ou qui seront admis dans des unités de soins aigus, comme la chirurgie, devaient déjà être dépistés.

«Pas la meilleure idée»

La nouvelle directive a toutefois été accueillie tièdement par l’Association des spécialistes en médecine d'urgence du Québec (ASMUQ), qui s’inquiète des conséquences négatives de cette décision.

«On est bien content que le ministère de la Santé fasse un blitz et essaie vraiment de tester plus de patients. C’est une bonne nouvelle. Par contre, on a vraiment peur pour nos urgences», a souligné le président de l’ASMUQ, le Dr Gilbert Boucher.

Plusieurs des urgences du Québec, avec le déconfinement, ont retrouvé un fort niveau d’achalandage, a-t-il noté, de sorte que le personnel en a déjà plein les bras avec le traitement des patients les plus malades qui se présentent dans les hôpitaux.

«Pour nous, ça signifie d’ajouter du personnel pour faire des tests de COVID-19 et on ne pense vraiment pas que ce soit une bonne utilisation des ressources», a ajouté le Dr Boucher.

Il craint également que des patients n’ayant pas besoin de se rendre à l’urgence s’y présentent tout de même pour obtenir un test, alors que le dépistage en clinique est, à ses yeux, beaucoup plus productif.

«En ce moment, on teste déjà beaucoup de gens, on est prêt à faire notre part, mais tester tout le monde qui se présente à l’urgence, ce n’est peut-être pas la meilleure idée en ce moment.»

Ce sont actuellement environ 7000 admissions qui se font quotidiennement dans les urgences du Québec.

Pas assez de tests

Après une pointe à 15 375 tests en une journée le 22 mai dernier, de moins en moins de Québécois ont été dépistés lors des derniers jours. Dimanche dernier, seulement 5200 tests ont été réalisés dans la province.

Cette semaine, le premier ministre François Legault a reconnu qu’il fallait un plan pour augmenter de façon importante le nombre de tests au Québec.

«C’est important, avec le déconfinement, de tester, tester, tester. Donc il faut augmenter le nombre de tests», a-t-il martelé mardi, de passage en Beauce. Il a ajouté que le gouvernement devra être donc «beaucoup plus» proactif pour convaincre la population de se faire tester pour la COVID-19.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à scoop@quebecormedia.com