/lifestyle/books
Navigation

À l’assaut des nouveautés

L’achat local s’est fait ressentir à la librairie L’Arlequin

Coup d'oeil sur cet article

Malgré la présence d’une pandémie et d’une COVID-19 particulièrement coriace, La peste d’Albert Camus a été un des meilleurs vendeurs de la librairie L’Arlequin dans les Laurentides. 

Le célèbre roman de l’écrivain français raconte, sous forme de chroniques, le quotidien des habitants d’une ville frappée par une épidémie.

Une œuvre écrite en 1947 qui a connu une hausse de popularité, partout sur la planète, au cours des derniers mois.

« Les gens ont aussi fait un retour vers les classiques et ce que j’avais en magasin. Les gens se sont ensuite garrochés sur les nouveautés, lorsqu’elles ont commencé à arriver en magasin. Les gens veulent lire quelque chose de drôle et sortir de l’ordinaire », a fait savoir Christian Huron, propriétaire de la librairie L’Arlequin à Saint-Sauveur.

La vie est un roman de Guillaume Musso et L’énigme de la chambre 622 de Joël Dicker ont été les nouveautés très demandées. 

Du repos

Installé au Québec depuis 1992, cet ex-travailleur de la construction, originaire de Lille, dans le nord de la France, a réorienté sa carrière dans le domaine du livre en arrivant dans la Belle Province. 

Il a travaillé à la Librairie Alire à Longueuil, au Salon du Livre de Montréal et aussi dans le domaine de l’édition. Il a ouvert la librairie L’Arlequin, située sur la rue Lafleur Sud, à Saint-Sauveur, le 9 décembre 2015. Un commerce qui connaît, depuis, une belle progression.

La libraire L’Arlequin a fermé ses portes physiquement et virtuellement durant deux semaines, avant sa réouverture, le 5 mai dernier, en raison d’un problème informatique empêchant les commandes en ligne d’entrer. 

« On a perdu quelques commandes, mais pas tant que ça », a précisé le propriétaire, lors d’un entretien téléphonique.

Christian Huron a profité de ces deux semaines de fermeture pour dormir. 

« C’est une blague, mais c’est vrai. Ça m’a permis de me reposer », a-t-il laissé tomber en riant.

La librairie L’Arlequin a rouvert ses portes avec la mise en place de mesures sanitaires. Il y a des masques, des gants, des flèches de direction ont été installées sur le sol et trois clients qui peuvent se retrouver en même temps dans le commerce qui est visible de la rue Principale. Quatre employés sont en poste.

Achat local

Christian Huron avoue que cette période d’incertitude n’a pas été trop difficile à vivre. 

« Les ventes en ligne par l’entremise du site leslibraires.ca ont été nombreuses jusqu’à ce que les librairies de Montréal ouvrent les portes de leurs commerces à nouveau. On a aussi reçu beaucoup de commandes par téléphone et par courriel. Ça va très bien », a-t-il mentionné. 

Des achats en provenance de Saint-Jean-sur-Richelieu, Longueuil, Québec, de la Gaspésie et beaucoup de la Rive-Sud de Montréal.

Christian Huron a constaté que les gens sont branchés sur l’achat local depuis le début de la pandémie.

« Et ça, c’est à mon avantage », a-t-il laissé tomber. 

Les suggestions de Christian

Photo courtoisie

La peste

Albert Camus

1947


Nouvelles

Stefan Sweig

2019


Photo courtoisie

Ta mort à moi

David Goudreault

2019


La servante écarlate

Margaret Atwood

1985


Photo courtoisie

Toutes les histoires d’amour ont été racontées sauf une

Tonino Benacquista

2020


► On peut se procurer des livres dans les libraires indépendantes via le site leslibraires.ca.