/investigations/truth
Navigation

Explosion du budget à la GRC

GRC
Photo d'archives, Christopher Nardi

Coup d'oeil sur cet article

Chaque samedi, les recherchistes de notre Bureau d’enquête de Montréal, Québec et Ottawa débusquent les fausses nouvelles, vérifient des déclarations et trouvent les vrais chiffres.

L'énoncé   

Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Jagmeet Singh, a interpellé mardi le premier ministre Justin Trudeau afin de combattre le racisme systémique au sein de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) en réduisant son budget pour investir davantage dans les services communautaires.

«Au cours des dernières années, pendant que ce premier ministre était en fonction, le budget de la GRC a augmenté de 31%», a-t-il soutenu.

Les faits   

M. Singh a raison. Les dépenses de la GRC ont grimpé de 32% entre les années 2015-2016 et 2018-2019, s’élevant alors à 3,8 milliards de dollars.

Pour mettre ce chiffre en perspective, la Sûreté du Québec a aussi vu ses dépenses augmenter pendant cette période. Les dépenses du corps policier québécois ont bondi de 18 % entre les années 2015-2016 et 2018-2019. Cela représente un total de 1,1 G$, selon le dernier rapport annuel.

Il faut aussi noter que le nombre de policiers au sein de la GRC a augmenté de seulement 2% au cours des quatre dernières années. En 2018-2019, la GRC comptait l’équivalent de 22 509 postes à temps plein pour les opérations policières. 

Le chiffre de la semaine: 4 milliards $   

C’est le coussin que s’est mis de côté le gouvernement du Québec pour affronter une éventuelle deuxième vague de la pandémie de COVID-19. Le ministre des Finances Eric Girard nous apprenait hier que l’impact de la première vague devrait être de 11 G$ pour le Québec cette année. En plus de ce montant, le gouvernement met de côté 4 G$ pour les conséquences supplémentaires d’une éventuelle deuxième vague de pandémie. Si ce montant devait être utilisé, le Québec se retrouverait donc dans le rouge de 15 G$. Le ministre Girard a toutefois bon espoir de pouvoir rétablir l’équilibre budgétaire en cinq ans, même s’il s’agit de la pire récession depuis la Seconde Guerre mondiale.

– Marie Christine Trottier