/weekend
Navigation

Tournée des ciné-parcs: l’idée folle de 2Frères a fait du chemin

Coup d'oeil sur cet article

L’idée pouvait sembler farfelue et Érik Caouette avoue qu’il redoutait une réaction négative quand 2Frères a été le premier artiste québécois, en avril, pendant les pires moments de la crise du coronavirus, à annoncer son intention de chanter dans des ciné-parcs, cet été. Finalement, il s’est fait du mauvais sang pour rien.

Non seulement la tournée se concrétisera à compter de mardi prochain, mais le projet, lancé par le gérant de 2Frères et auquel le duo a adhéré sans réserve, a fait des petits.

Depuis que 2Frères a fait part publiquement de ses intentions, Gestev a mis sur pied la série de concerts Musiparc à laquelle participeront Marc Dupré, Kaïn, Brigitte Boisjoli et quelques autres vedettes de la musique québécoise.

Marjo a aussi accepté de chanter dans un ciné-parc temporaire de Québec et d’autres artistes devraient se joindre au mouvement prochainement.

Bien sûr, chanter quelques soirs pour un public confiné dans des voitures ne remplacera pas un été normal de festivals aux quatre coins de la province, mais, convient Érik Caouette, «ça permet de sauver les meubles».

«On se croise les doigts pour que les gens embarquent dans cette folie.»

Vague d’amour

Le chanteur et guitariste avoue qu’il craignait que son frère Sonny et lui se fassent «taper sur les doigts» par des gens qui considéraient leur projet imprudent lorsqu’ils ont dévoilé leur plan estival.

À son grand soulagement, c’est le contraire qui s’est produit. Le duo a eu droit «à une belle vague d’amour».

«C’est arrivé à un moment où les gens avaient besoin de bonnes nouvelles, où ils avaient besoin de savoir qu’on s’en va dans la bonne direction et que cette crise allait finir par passer», soupèse Érik Caouette.

«Nous avons toujours, ajoute-t-il, été très clairs à l’effet qu’on allait respecter toutes les mesures et que nous allions nous adapter de spectacle en spectacle, que notre but n’était pas de mettre qui que ce soit en péril, mais plutôt de divertir les gens et gagner notre vie.»

Réapprendre les chansons

Si la perception du public est bonne, il demeure sur ses gardes. Plusieurs personnes croient, à tort, que le prix d’entrée de 75 $ représente le coût par personne alors qu’il s’agit du prix par voiture, quel que soit le nombre d’occupants.

«Il y en a qui pensent que c’est quatre fois 75 $. On essaye d’éclaircir ça le plus possible sur notre page Facebook.»

Lorsque Le Journal a parlé à Érik, il se trouvait à Montréal, en répétition avec Sonny, car en plus de ne pouvoir se voir durant le confinement, les frangins se sont tenus éloignés de leurs chansons.

«Quand je sors ma guitare en confinement, je ne joue pas mes tounes. Il faut donc que je me les remette dans les mains.»

Espoir pour les salles

Avant que le gouvernement renvoie tout le monde à la maison, à la mi-mars, 2Frères avait eu le temps de donner cinq concerts de sa tournée en soutien à son nouvel album, À tous les vents.

L’autorisation de rassemblements intérieurs, annoncée il y a quelques jours, leur donne un filet d’espoir de recommencer à chanter dans des salles de spectacles bientôt, signale Érik Caouette.

«Nous allons peut-être pouvoir faire des petites salles avec 50 personnes, même si ce n’est pas l’idéal si on parle de gagner notre vie parce que ce sont des spectacles pas très rentables. Je m’attends néanmoins à ce que ce soit tranquille d’ici à 2021.»