/news/transports
Navigation

Sécurisation réclamée après deux impacts mortels en 4 mois

Deux coroners recommandent à Transports Québec de modifier l’intersection

Une bétonnière a éventré la petite voiture de Jake Paquette-Mcleod, le 22 août dernier, sur la route 148, à Mirabel. En mortaise, les deux victimes, Danny Magnan et Jake Paquette-Mcleod, qui ont eu des accidents mortels au même endroit en quatre mois.
Photos d’archives Martin Alarie et tirées de Facebook Une bétonnière a éventré la petite voiture de Jake Paquette-Mcleod, le 22 août dernier, sur la route 148, à Mirabel. En mortaise, les deux victimes, Danny Magnan et Jake Paquette-Mcleod, qui ont eu des accidents mortels au même endroit en quatre mois.

Coup d'oeil sur cet article

Les parents de deux conducteurs fauchés par des poids lourds en quatre mois, l’an dernier à Mirabel, espèrent que Transports Québec réagira vite après que des coroners lui ont recommandé de corriger une intersection jugée dangereuse.

« C’est dangereux. Combien de parents vont perdre un enfant avant qu’ils agissent ? » questionne avec indignation Sylvie Lacombe, mère de Danny Magnan.

Son fils de 31 ans a succombé le 11 mai 2019 après une collision entre sa voiture et un camion-benne survenue le 23 avril, au coin du rang Saint-Étienne et de la route 148.

Un autre jeune conducteur, Jake Paquette-Mcleod, 18 ans, a subi le même sort à peine quatre mois plus tard. 

Le 22 août 2019, une bétonnière a embouti sa Hyundai Accent blanche au même endroit.

Deux coroners ont souligné la dangerosité du secteur dans leurs rapports publiés à trois jours d’écart, en mai.

« Plusieurs camions circulent rapidement sur cette route à différents moments de la journée et la circulation est assez dense. Par ailleurs, plusieurs citoyens sont venus nous indiquer que les accidents sont nombreux à cette intersection », a fait valoir dans son rapport Me Julie A. Blondin.

Nécessaire

« J’estime qu’il est nécessaire d’apporter des modifications à l’aménagement routier afin de renforcer la sécurité aux abords de ce segment problématique de la route », a-t-elle recommandé au ministère des Transports (MTQ). Son collègue, le Dr Louis Normandin, est arrivé sensiblement aux mêmes conclusions.

Ils ont présenté des exemples de modifications, comme la réduction de la vitesse maximale autorisée, l’installation d’un muret de béton, d’un feu de circulation ou encore d’une nouvelle signalisation.

Le MTQ a pris connaissance des rapports. Il analyse présentement les suggestions. 

« Le Ministère effectuera un suivi afin de poser des gestes additionnels si nécessaire », a répondu sa porte-parole Sophie Paquet.

« C’est malheureux. C’est tout le temps comme ça. Il n’y a jamais rien de concret qui se fait, laisse tomber Patrick Charbonneau, maire suppléant de Mirabel. On veut des solutions. »

« Déjà trop »

Depuis 2013, la Ville talonne le MTQ afin qu’il intervienne dans le dossier, rapportait Le Journal en septembre dernier. Or, Québec considérait que ce n’était « pas un site potentiel à modifications ».

Mirabel espère cette fois que les recommandations lui feront entendre raison.

« Un décès, c’est déjà trop. C’est pas normal que nous soyons obligés de sensibiliser nos citoyens à être prudents à cet endroit », poursuit le maire suppléant.

« Si c’était leur enfant, ç’aurait été plus vite. C’est à [François] Bonnardel [ministre des Transports] à en prendre la responsabilité », l’interpelle Mme Lacombe, qui vit encore mal son deuil.

Le père de Jake, Charles Paquette, croit aussi que des modifications doivent être apportées rapidement. 

Lui-même camionneur, il évite l’intersection par prudence, mais aussi pour contenir son chagrin.