/finance/stockx
Navigation

Les Bourses européennes à reculons, l’incertitude sanitaire pèse

Les Bourses européennes à reculons, l’incertitude sanitaire pèse
Photo d'Archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les Bourses européennes ont débuté la semaine en petite baisse, dans un marché restant concentré sur l’évolution des contaminations au coronavirus. 

Ainsi, de Paris (-0,62 %) à Francfort (-0,55 %), de Londres (-0,76 %) à Madrid (-0,92 %) et Milan (-0,71 %), aucune des places européennes n’a pu profiter du rebond en cours à Wall Street.

« Les marchés actions sont sous pression du fait des craintes d’une deuxième vague de COVID-19, et les investisseurs gardent les yeux rivés sur les États du Centre et de l’Ouest américains, la Floride et l’Amérique du Sud », commente Sébastien Galy, stratégiste chez Nordea Asset Management.

Le géant américain Apple a ainsi annoncé la fermeture de 11 autres magasins dans les États américains qui connaissent un rebond des cas de coronavirus.

L’Europe accélère quant à elle le redémarrage de son activité économique, mais un nouveau foyer est apparu en Allemagne, où plus de 1 000 travailleurs d’un abattoir ont été déclarés positifs.

Plus d’un million de nouveaux cas de la COVID-19 ont été enregistrés ces sept derniers jours, selon un comptage réalisé par l’AFP.

Le patron de la Banque fédérale d’Allemagne a envisagé lundi « une reprise douloureusement lente » de l’économie après l’effondrement soudain dû à la pandémie du coronavirus.

Une résurgence épidémique pourrait entraîner une nouvelle vague de mesures sanitaires restrictives qui affecteraient encore l’économie mondiale.

En revanche, la perspective de potentiels plans de relance américain et européen constitue un élément de soutien pour les marchés.

Ce contexte favorisait lundi un repli sur les actifs jugés les plus sûrs, comme les emprunts d’État.

Côté statistiques, petite déception avec le recul de 9,7 % des reventes de logements aux États-Unis en mai par rapport au mois d’avril, conséquence des mesures de confinement des mois précédents.

Sur le tableau des valeurs, Peugeot a connu la plus forte hausse du CAC 40 (+3,56 % à 13,83 euros).

Le marché a continué à fuir le titre de la fintech allemande Wirecard (-44,07 % à 14,44 euros) au cœur d’un scandale financier.

À Londres, le groupe hôtelier Intercontinental Hotels a perdu 3,30 % à 3 863,00 pence et le croisiériste Carnival a plongé de 10,23 % à 1 119,00 pence.