/entertainment/tv
Navigation

«Si on s’aimait» : Objectif atteint pour Louise Sigouin

Louise Sigouin
Photo Agence QMI, Mario Beauregard Louise Sigouin

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – C’est la fin du parcours pour les couples de «Si on s’aimait», à TVA, ce mercredi, avec la diffusion de la dernière émission. L’heure est donc au bilan pour Louise Sigouin, sexologue et experte en accompagnement relationnel, qui a aidé et conseillé les quatre couples de participants durant plusieurs semaines.

Louise, est-ce que l’émission a été conforme à ce que vous aviez souhaité?

Le but était d’utiliser cette plateforme pour susciter des interrogations personnelles, créer des moments de couple ou des moments en famille. Je suis ravie car c’est ce que les gens me confirment en me disant que l’émission était un rendez-vous pour beaucoup de monde. Mon objectif est atteint.

Pensez-vous que certains couples de participants ont des chances sur le long terme?

Ce n’était pas forcément le but de l’exercice. Les relations amoureuses, être en relation, la thématique du couple et de l’amour, c’est un sujet qui nous interpelle tous. Les participants ont été très généreux. À travers leur façon d’être et leur attitude en relation, on a pu s’identifier, apprendre à se connaitre ou reconnaître quelqu’un. Ils se sont rendus vulnérables devant la caméra afin qu’on puisse sentir les situations malaisantes, tout en se disant qu’on connaît quelqu’un qui agit comme ça, ou qu’on agit nous-mêmes de cette façon. L’ensemble des cinq dualités ont été présentées, et beaucoup de téléspectateurs me disent qu’ils auraient aimé en avoir plus.

Est-ce que les huit participants étaient représentatifs de ce que vous vouliez démontrer?

Ils sont le reflet de ce que je peux rencontrer dans ma pratique. Autant entre Jennifer et Fanny, il peut y avoir un monde qui les sépare, mais c’est l’expression de comment on peut être en relation dépendamment du moment de notre vie. Je trouve que c’est une belle expression de l’être humain en relation.

Louise Sigouin, Émily Bégin et Guillaume Lemay-Thiverge
Photo Agence QMI, Mario Beauregard
Louise Sigouin, Émily Bégin et Guillaume Lemay-Thiverge

Comment analysez-vous l’apport d’Émily Bégin et Guillaume Lemay-Thivierge à l’émission?

Je continue de croire qu’ils sont la représentation authentique du téléspectateur. Ils pourraient se permettre un peu plus d’expression de couple entre eux, mais ils ont donné le droit, aux gens devant leur télé, de réagir, d’avoir des questionnements, d’être dérangé, d’avoir des périodes de découragement... C’était très aidant pour les téléspectateurs de se dire qu’ils avaient des réactions similaires.

Contrairement à vos clients habituels, vous pouviez voir les participants interagir dans leur quotidien, est-ce que ça vous fait voir des comportements nouveaux?

Le fait de les voir au quotidien a confirmé certaines choses, mais c’étaient des interactions que je vois habituellement. J’ai toujours à cœur de pouvoir permettre à un plus grand nombre d’individus possible d’avoir accès à de l’information pour les aider à aller mieux ou d’être mieux dans leur relation. Faire cette émission me permettait de parler à encore plus de monde, c’était ça mon moteur.

Est-ce qu’il y aura une seconde saison?

La production et le diffuseur sont très heureux de cette première saison, et ils sont actuellement en discussion. Rien n’est confirmé pour le moment. Mais il y a un intérêt réel du public d’y participer. Malgré tout ce qui a pu être vu comme inconfort, les gens ont vraiment saisi le privilège de participer à cette émission et faire le cheminement personnel qui est proposé.