/news/currentevents
Navigation

Abattu par des policiers «sur le gros nerf» à Lavaltrie, le BEI enquête

Abattu par des policiers «sur le gros nerf» à Lavaltrie, le BEI enquête
Photo Agence QMI, Pascal Girard

Coup d'oeil sur cet article

LAVALTRIE | Un homme que les policiers venaient d’interpeller pour un présumé cas de violence conjugale s’est planté deux couteaux dans la poitrine avant d’être abattu par des agents «sur le gros nerf» lundi soir, à Lavaltrie, dans Lanaudière.

Les événements se sont produits un peu après 20 h dans une résidence de la Terrasse Desrosiers, alors que les policiers de la Sûreté du Québec ont été appelés sur les lieux pour un conflit conjugal.

La femme aurait décidé de porter plainte contre Marc Savage, avec qui elle était en processus de séparation.

Abattu par des policiers «sur le gros nerf» à Lavaltrie, le BEI enquête
Photo Agence QMI, Pascal Girard

Alors que les policiers escortaient Marc Savage, 53 ans, vers l’auto-patrouille, ce dernier aurait demandé à retourner à l’intérieur pour aller récupérer son portefeuille et d’autres effets personnels.

«Un des policiers l’aurait accompagné. Une fois dans la résidence, l’homme se serait emparé de couteaux et se serait infligé des blessures. Le policier aurait alors fait feu et l’aurait atteint», a indiqué le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) dans un communiqué.

Selon nos informations, Marc Savage se serait planté deux couteaux dans le corps avant d’être abattu par les forces de l’ordre. Deux coups de feu auraient été tirés.

Les voisins rencontrés par l’Agence QMI comprennent mal pourquoi les agents ont ouvert le feu sur Marc Savage, considérant qu’il représentait «davantage une menace pour lui-même que pour les policiers».

Le père de deux enfants a été transporté à l’hôpital, où son décès a été constaté.

Abattu par des policiers «sur le gros nerf» à Lavaltrie, le BEI enquête
Photo Agence QMI, Pascal Girard

La conjointe de M. Savage s’est réfugiée chez une voisine, où elle est entrée sans même cogner, en compagnie de son fils.

«Elle s’est effondrée au sol en entrant», a dit la voisine, qui a demandé à ce que son identité ne soit pas révélée.

Selon des voisins, Marc Savage et sa conjointe formaient un couple depuis une vingtaine d’années. Ils s’étaient mariés il y a environ deux ans et demi, mais leur couple aurait commencé à battre de l’aile récemment. Au point où l’homme et la femme avaient décidé de se séparer.

D’ailleurs, Marc Savage est tombé sous les balles des policiers à peine trois jours avant de déménager et de «démarrer une nouvelle vie», ont dit les voisins.

«Une heure avant de mourir, il était venu ici pour nous emprunter une bouteille de vin. On ne comprend pas ce qui s’est passé. C’était un gars calme, pourtant. Les policiers qui sont intervenus étaient sur le gros nerf», a raconté sa voisine.

Sept enquêteurs du BEI ont été chargés d’enquêter sur les circonstances entourant cette intervention policière dramatique.