/entertainment/shows
Navigation

Awèye embarque, ma belle... je t’emmène voir Kaïn

Coup d'oeil sur cet article

Kaïn était de retour à Ville Mercier, au lendemain d’un premier spectacle donné au même endroit dans le cadre de la série TD musiparc. Pour le soir de la Saint-Jean, la bande à Steve Veilleux avait réservé ses plus grands succès de ses 20 ans de carrière aux centaines de spectateurs. 

• À lire aussi - Kaïn: deux fois plutôt qu’une­

ORGANISATION EFFICACE

L’ancien ciné-parc de Ville Mercier, tout près de Châteauguay, avait été choisi pour accueillir la tournée TD musiparc. Même s’il a fallu patienter une demi-heure avant de pouvoir entrer sur le site, les directions étaient claires et l’organisation n’avait pas laissé place à l’improvisation. En attendant le début du concert, des vidéos des Denis Drolet expliquaient avec humour aux gens les règlements de l’endroit. Un quiz sur les écrans géants aidait aussi à faire patienter.

AMBIANCE DÉCALÉE

« Mesdames et messieurs, accueillez Kaïn! » a dit une voix dans les haut-parleurs sous des applaudissements clairsemés. À notre arrivée, le décor avait beau rappeler les festivals de la belle époque, on s’est rapidement rendu compte qu’on aurait un concert très différent. Dès les premières notes de Welcome bonheur, on a remarqué qu’il y avait un délai entre le son de la batterie sur scène et ce qui résonnait dans notre radio de voiture. Le décalage s’est poursuivi durant les chansons suivantes, jusqu’à ce qu’on se résigne à fermer les fenêtres du véhicule.  

VIVE LES KLAXONS

Avant le spectacle, une vidéo indiquait aux spectateurs de ne pas klaxonner durant le concert, à moins que les artistes en fassent la demande. Eh bien, après le succès Parle-moi de toi, quelques personnes se sont laissées aller et les klaxons ont étrangement ajouté de l’ambiance à la soirée. « Ouais ben, mon Steve, on va avoir officiellement tout vécu ensemble », a alors lancé le bassiste Éric Maheu. « Je veux vous entendre, la symphonie de klaxons ! » a plus tard demandé Steve Veilleux à la foule de voitures. 

VINGT ANS DE SUCCÈS

Cette soirée de la fête nationale n’était pas des plus festive. Mis à part quelques rares drapeaux fleurdelisés aperçus à travers le parterre de voitures, on se croyait presque dans une soirée normale de juin. Kaïn n’avait pas non plus prévu de spectacle différent pour cette Saint-Jean. Le groupe de Drummondville s’est plutôt rabattu sur ce qu’il fait de mieux : piger dans ses succès de 20 ans de carrière. Parmi ceux-ci, au moment d’écrire ces lignes, les cinq musiciens avaient joué Parle-moi d’toi, Comme dans l’temps, Le paradis, La maison est grande et La bonne franquette. Parions que les populaires Adam et Ève et Embarque ma belle allaient suivre. 

LE VERDICT  

Rarement a-t-on été aussi confortable pour regarder un spectacle. Avec TD musiparc, il n’y a aucun voisin qui parle pendant les ballades ou qui filme tout le concert avec son cellulaire. On peut aussi ajuster le volume de la musique à notre guise avec notre propre radio de voiture. Bref, les avantages sont nombreux. Mais pour l’ambiance, il n’y a rien qui remplacera le bon vieux concert devant des spectateurs sans automobile. Comme dans l’temps...

Vous aimerez aussi voir