/finance/business
Navigation

Le Québécois Patrick Pichette s’en prend aux politiques migratoires de Trump

Patrick Pichette
Photo d'archives Patrick Pichette
Président du CA de Twitter

Coup d'oeil sur cet article

Le nouveau président du conseil d’administration de Twitter, le Québécois Patrick Pichette, invite les travailleurs spécialisés étrangers à venir au Canada alors que le président Donald Trump souhaite compliquer leur entrée aux États-Unis.

Lundi, M. Trump a signé un décret suspendant la délivrance de certains visas et certificats de résidence permanente jusqu’à la fin 2020. Parmi ceux-ci, on compte le visa H-1B octroyé aux travailleurs disposant de « connaissances hautement spécialisées », très prisé des géants du numérique.

« Bienvenue au Canada »

« Un message à vous tous, demandeurs de H-1B : regardez vers le nord, où nous vous accueillons (et votre famille) avec les bras ouverts... Ai-je mentionné les soins de santé gratuits ? Bienvenue au Canada », a écrit M. Pichette lundi soir sur Twitter.

Ironiquement, le Québec, où vit l’ancien chef des finances de Google, s’apprête à restreindre l’accès au Programme de l’expérience québécoise, qui offre une voie rapide vers l’immigration. 

L’intervention de Patrick Pichette survient un peu plus de trois semaines après que Twitter eut soulevé l’ire du président américain en contestant la véracité de certains de ses tweets portant sur le vote postal.

Autre critique

La semaine dernière, M. Pichette y était allé d’une autre critique de Donald Trump en écrivant, toujours sur Twitter : « Vous savez, c’est un monde étrange quand vous avez besoin de la Cour suprême pour énoncer ce qui devrait être évident ». 

Il faisait allusion à une décision du tribunal confirmant que la loi fédérale américaine interdisant la discrimination s’appliquait aux travailleurs LGBT.

Patrick Pichette vient de terminer la période d’isolement de 14 jours à laquelle il a dû se soumettre après son retour d’un voyage aux États-Unis. Il a effectué sa quarantaine au domaine Kenauk, en Outaouais, qu’il a acquis avec des partenaires pour plus de 40 millions $ en 2013.