/news/coronavirus
Navigation

Fin des bilans quotidiens de la COVID-19: «Ce n'est pas une décision politique», dit le Dr Horacio Arruda

Coup d'oeil sur cet article

La fin des bilans quotidiens de la COVID-19 ne vise pas à cacher quoi que ce soit aux Québécois, mais plutôt à fournir un meilleur portrait de la propagation du virus, s'est défendu hier le Dr Horacio Arruda.

• À lire aussi: Fin des bilans quotidiens de la COVID-19 au Québec

• À lire aussi: Un déconfinement presque total au Québec

« Ce n’est pas une décision politique, ce n’est pas une décision pour cacher quoi que ce soit », a-t-il affirmé en conférence de presse à Montréal, pressé de questions par les journalistes.

Le gouvernement a annoncé qu’il mettait fin aux bilans quotidiens de la COVID-19 dans la province, alors que le déconfinement s'accélère.

Dorénavant, les chiffres de contamination de la maladie ne seront rendus publics qu’une seule fois par semaine, les jeudis. Une décision critiquée par l'opposition, qui réclame plus de transparence durant cette période de retour à une vie plus normale.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Baisse du nombre de décès

Le directeur national de la Santé publique a précisé que cette décision avait été prise en raison de la baisse du nombre de cas et de décès, qui peut parfois encourager un relâchement des consignes sanitaires.

« Ça va nous permettre d’avoir des données plus stables », a ajouté le Dr Arruda. 

Une éventuelle hausse de la contagion marquerait assurément le retour des bilans quotidiens, a-t-il insisté, flanqué de la directrice de la santé publique de Montréal, Mylène Drouin.

  • ÉCOUTEZ l'entrevue avec Joël Arseneau, député péquiste des Îles-de-la-Madeleine et porte-parole du troisième groupe d’opposition en santé, à QUB Radio:

Même si les données ne seront pas divulguées publiquement tous les jours, elles seront évidemment transmises aux autorités, qui seront à même de constater une éventuelle flambée de cas. 

Et si l’on en croit Horacio Arruda, il y a fort à parier que les chiffres de décès seront à nouveau dévoilés tous les jours dans quelque temps puisqu’une recrudescence de l’épidémie est très probable. « Je demeure convaincu qu’il y aura, malheureusement, une deuxième vague. »

« Incompréhensible »

Au cabinet de François Legault, on indique que cette décision de réduire le nombre de bilans du coronavirus a été prise de concert avec la Santé publique en raison de l’évolution de la situation « qui se stabilise ».

« Dans leur ensemble, les indicateurs sont à la baisse depuis plusieurs jours. Les variations quotidiennes deviennent donc moins pertinentes », a-t-on fait valoir. 

Mais pour l’opposition officielle, ce choix est loin d’être judicieux. La chef libérale Dominique Anglade demande au gouvernement de revenir sur sa décision. « (C’)est totalement incompréhensible. Partout dans le monde, on surveille une deuxième vague », a-t-elle gazouillé sur son fil Twitter.

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à scoop@quebecormedia.com