/news/education
Navigation

Les futurs médecins auront leurs examens à l’automne

Coup d'oeil sur cet article

Quelque 800 médecins résidents qui n’ont pu effectuer leurs examens finaux au printemps en raison de la COVID-19 pourront finalement reprendre leur évaluation à l’automne en vue d’obtenir leur permis de pratique.

À la fin de leur résidence, les étudiants en médecine doivent se soumettre à des évaluations écrites et orales du Collège des médecins de famille du Canada ou du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada, selon leur spécialité. 

La réussite de ces tests est primordiale pour l’obtention d’un permis auprès du Collège des médecins du Québec, qui leur permet ensuite de travailler de manière autonome et de prendre en charge des patients.

Une cohorte d’environ 800 futurs médecins, qui terminaient leurs années de résidence, devait se plier à ses tests au printemps. Advenant une réussite, ils auraient techniquement reçu leur permis au début de l’été.

Or, dans la foulée des règles sanitaires imposées par la COVID-19, les organisations canadiennes responsables des examens ont suspendu les évaluations écrites prévues au printemps, en plus d’abolir les tests oraux. Cette décision a créé une onde de choc chez les finissants, qui passent des mois à se préparer pour cette étape finale et obligatoire.

« Surcharge cognitive »

Ces derniers ont appris récemment qu’ils pourraient finalement reprendre leurs examens à compter de la fin août, jusqu’en octobre. Plusieurs futurs médecins devront donc trouver une manière de jongler entre leur travail à l’hôpital et l’étude pour leur test, une conciliation qui risque de causer bien des maux de tête.

« Ils ne pourront pas être à 100 % actifs au travail. Il devra y avoir un temps réservé aux patients, mais aussi un temps réservé à l’étude. C’est de l’étude chaque jour, pendant des mois. C’est sûr qu’il y aura une surcharge cognitive », estime le Dr Christian Campagna, président de la Fédération des médecins résidents du Québec.

Reste à voir aussi si ces reprises d’examens bousculeront le calendrier des évaluations prévues à l’automne, alors qu’une autre cohorte doit se soumettre aux tests.

Permis restrictifs

Notons que dans l’intervalle, le Collège des médecins du Québec a rendu disponibles des « permis restrictifs », qui permettent aux futurs médecins de pratiquer, dans l’attente de leur évaluation. 

À ce jour, une cinquantaine de permis ont été délivrés, confirme l’organisation.