/qubradio
Navigation

La place d’un agresseur de 88 ans n’est pas dans un CHSLD, soutient le PDG du Conseil pour la protection des malades

Coup d'oeil sur cet article

Quelle est la place d’un octogénaire en perte d’autonomie reconnu coupable d’agression sexuelle? En prison ou dans un CHSLD? C’est avec pour toile de fond ce débat éthique que le juge Pierre Simard doit décider de la peine de l’homme de 88 ans du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Dévoilée jeudi dans Le Quotidien, l’histoire soulève plusieurs questionnements moraux. D’une part, la prison risque de ne pas offrir les soins dont le bénéficiaire a besoin, mais, d'une autre, c’est justement dans un CHSLD que celui-ci a agressé une autre résidente.

Appelé à commenter l’affaire à QUB radio, vendredi, le président-directeur général du Conseil pour la protection des malades, Paul Brunet, estime quant à lui que la place de l’homme n’est pas dans un CHSLD. «Ce n’est pas une prison [...], c’est un milieu de vie», a-t-il souligné.

«Un milieu de vie, ce n’est pas une place où on garde des gens attachés ou conventionnés contre leur gré parce qu’ils ont commis un crime. J’espère qu’on va faire cette distinction-là, parce que je ne sais pas qui a plaidé ça, mais ce n’est pas fort», a-t-il poursuivi.  

  • ÉCOUTEZ l’entrevue complète de Me Paul Brunet avec Vincent Dessureault à QUB radio:   

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions