/entertainment
Navigation

«Motel Monstre», le projet coup de coeur de Gabrielle Fontaine

Vincent Poirier et Gabrielle Fontaine - alias Charles et Magalie - dans une scène de la sixième saison de la série jeunesse «Motel Monstre».
PHOTO COURTOISIE/Patrick Leduc Vincent Poirier et Gabrielle Fontaine - alias Charles et Magalie - dans une scène de la sixième saison de la série jeunesse «Motel Monstre».

Coup d'oeil sur cet article

Bien avant de devenir la populaire Passe-Carreau, Gabrielle Fontaine a enchaîné avec grand plaisir les émissions jeunesse comme «Tactik», «Fée Éric» et «Subito Texto». Mais l’une d’entre elles restera à jamais marquée dans son coeur et sa mémoire: la série fantastique «Motel Monstre» que rediffuse actuellement la chaîne TFO. 

«”Motel Monstre”, c’est mon projet coup de coeur de toute la liste de mon CV, s’enthousiasme la comédienne. Pour moi, c’était un projet unique et particulier parce que j’allais tourner et habiter à Ottawa. J’ai commencé à 16-17 ans. J’allais habiter à Ottawa trois mois par année et j’ai fait ça pendant six ans. C’était comme une microbulle de tournage, une microvie...»

Une école de jeu

Grâce au rôle principal de Magalie, l’adolescente débrouillarde dont les efforts servent à garder ouverts un mystérieux motel et une source thermale, Gabrielle Fontaine est passée par toute la gamme des émotions.

«C’était un gros rôle, dit-elle. En série jeunesse, il y a souvent beaucoup de textes. Ce n’est pas comme une série lourde [...] On parle sans arrêt, donc c’était vraiment une bonne école parce que je tournais cinq jours par semaine et le weekend, j’apprenais mes textes de la semaine suivante. À chaque année, c’était un marathon de trois mois.»

Si, au départ, elle a été appelée à jouer la fille «normale», la comédienne a permis au personnage de développer son sens de l'humour et de la répartie. C’est ainsi que la fiction a pu rejoindre la réalité.

«Magalie m’a aidée, dans la vie, à avoir encore plus de répartie [...] L’humour et le timing de “Motel Monstre” sont bien intégrés en moi.»

De la «vraie» télé

Production jeunesse moins remarquée que plusieurs autres émissions auxquelles la comédienne a pris part, «Motel Monstre» n’en reste pas moins «un souvenir incroyable» et «un joyau» pour la principale intéressée. Elle voudrait «que tout le monde voie cette série-là.»

Elle qualifie cette aventure de «belle folie» et souligne qu’elle a été pensée autant pour les adultes que les enfants. «C’est de l’humour 100 % adulte dans un univers, et avec des personnages, pour les jeunes.»

Grandement interpellée par l’univers télé jeunesse, Gabrielle Fontaine reconnaît avoir l’énergie nécessaire à des projets destinés aux enfants, préadolescents et adolescents.

Elle défend d’ailleurs bec et ongles les projets qui leur sont destinés. «On m’a souvent dit “quand vas-tu faire de la vraie télé?”, comme si la série jeunesse n’était pas de la vraie télé. Pour moi, c’est le contraire; la série jeunesse forge les adultes de demain, donc c’est primordial. C’est à la base de la culture québécoise [...] Peu importe le rôle que j’ai joué, ç’a toujours amené quelque chose aux jeunes.»

Pour elle, il est primordial d’avoir des modèles d’ici autres que tous ces héros en dessins animés. «C’est important que les jeunes s’identifient à des personnages qui leur ressemblent, faits par des comédiens québécois.»

«Motel Monstre», du lundi au vendredi à 19 h, sur TFO. Première saison également disponible sur Tou.tv.