/sports/racing
Navigation

Une nouvelle livrée

L​’écurie de F1 Williams dévoile les couleurs de sa monoplace

Williams
Photo courtoisie, Williams

Coup d'oeil sur cet article

Ce n’est probablement jamais arrivé dans l’histoire de la F1 qu’une équipe dévoile les couleurs de sa monoplace à la fin de... juin.

• À lire aussi: En terrain connu... enfin!

C’est pourtant l’exercice auquel s’est prêtée vendredi l’écurie Williams qui, à la suite du retrait prématuré de son commanditaire principal, l’entreprise américaine ROKiT spécialisée dans la téléphonie, n’a eu d’autre choix que de revoir la robe de sa voiture. 

Malgré cette nouvelle livrée, axée sur le blanc et le bleu comme à une époque plus glorieuse, la Williams FW43 confiée cette année au Britannique George Russell et au Canadien Nicholas Latifi n’a aucune intention de venir jouer les trouble-fête. Le contenu n’a pas changé.

Les deux dernières saisons ont en effet été désastreuses pour cette équipe qui n’a pas savouré de championnat depuis la conquête du titre par Jacques Villeneuve en 1997.

Jadis considérée comme la troisième puissance du plateau, en 2014 et en 2005, Williams a sombré depuis dans la médiocrité. Elle n’a inscrit qu’un seul point au Championnat du monde l’an passé quand son pilote Robert Kubica s’est classé à la dixième place au Grand Prix d’Allemagne.

Un autre investisseur canadien ?

Après avoir pris la relève de son père (et fondateur) Frank Williams, sa fille Claire a signifié, il y a quelques semaines, que l’équipe était actuellement en quête d’un acheteur au compte de banque bien garni.

Si Michael Latifi est venu à la rescousse d’une entreprise au bord de la faillite en injectant des dizaines de millions de dollars non seulement pour combler les dettes, mais aussi pour permettre à son fils de se dénicher un volant en F1, un autre milliardaire serait sur les rangs, semble-t-il, pour relancer cette organisation en mal de liquidités.

Son nom est Sylvan Adams, homme d’affaires lui aussi canadien qui, comme Lawrence Stroll et Latifi, redoute plus la fin du monde que la fin du mois. Et comme ces deux compatriotes fortunés, il semble disposé à injecter des sommes énormes pour s’impliquer en F1.

Selon le site Fortune.fr, Adams serait prêt à investir un peu plus de 200 millions de dollars américains au cours des trois prochaines années pour prendre le contrôle de Williams.

Adams veut profiter de la visibilité de la F1 pour faire la promotion de son pays d’adoption, Israël, qu’il a rejoint en 2016 après avoir quitté Toronto à l’âge de 57 ans. 

Il souhaite aussi permettre à un jeune pilote franco-israélien, Roy Nissary, 25 ans, recruté cette année comme pilote d’essai chez Williams moyennant un chèque de dix millions de dollars, d’accéder à la discipline-reine du sport automobile à court terme.

Sofina bien visible

ROKit partie, c’est plutôt Sofina qui est maintenant bien visible sur la FW43. Cette entreprise canadienne, spécialisée dans la transformation de produits alimentaires a été fondée par Michael Latifi.

L’aileron arrière met en valeur le nom Williams, mais cette inscription pourrait éventuellement disparaître si jamais un autre commanditaire se manifeste en cours de route.

Initialement programmé pour le 15 mars, à Melbourne, en Australie, le début de la saison 2020 est maintenant prévu pour la semaine prochaine à l’occasion du Grand Prix d’Autriche (à huis clos), après le report ou l’annulation des dix premières étapes du calendrier en raison de la pandémie.