/weekend
Navigation

À hauteur d’ado

100 kilos d'étoiles
Photo courtoisie Une scène du film 100 kilos d’étoiles, de la réalisatrice Marie-Sophie Chambon. Cette comédie dramatique a remporté le Grand Prix du Festival international du film pour enfants de Montréal, en mars dernier.

Coup d'oeil sur cet article

Dans les films américains, les personnages d’ados en surpoids sont souvent ceux qui font toujours des blagues ou qui se mettent continuellement les pieds dans les plats. Exaspérée par ces clichés, la réalisatrice française Marie-Sophie Chambon a voulu, avec sa comédie dramatique 100 kilos d’étoiles, montrer la vraie réalité d’une adolescente qui doit vivre avec un problème de poids.

100 kilos d’étoiles, c’est donc l’histoire de Loïs, 16 ans, une passionnée de science qui rêve de devenir spationaute. Surdouée en maths et en physique, elle a le soutien de son professeur qui la considère comme sa meilleure élève. 

Mais il y a un problème :  à cause de son poids (100 kilos), Loïs n’a pratiquement aucune chance de pouvoir intégrer un programme spatial. Après avoir eu un malaise parce qu’elle avait décidé d’arrêter de manger dans l’espoir de maigrir, elle atterrira dans un centre pour jeunes où elle fera la rencontre de trois autres adolescentes abîmées par la vie : une anorexique, une paraplégique et une électrosensible. Ensemble, elles décideront de parcourir la France pour permettre à Loïs de participer à un concours dans un centre d’études spatiales. 

« J’avais très envie de montrer des vraies filles au cinéma, a souligné la réalisatrice Marie-Sophie Chambon lors d’un entretien téléphonique accordé au Journal en début de semaine.

« Ce sont des filles qui existent dans la vie, mais qu’on ne voit jamais dans les films. [...] Au cinéma, la personne en surpoids est souvent le personnage drôle du film, ou la fille un peu bête. Les gens les mettent souvent dans cette catégorie-là alors qu’on ne voit pas trop le rapport. Ce n’est pas parce qu’on est gros qu’on est drôle. »

Nouveaux visages

Marie-Sophie Chambon voulait absolument trouver de nouveaux visages pour donner vie aux personnages principaux de son film. Elle dit avoir rencontré plusieurs jeunes actrices pour le rôle de Loïs avant de le confier à Laure Duchene, une adolescente qui n’avait encore jamais joué à l’écran. 

« C’était compliqué parce qu’il fallait trouver une fille en surpoids et qu’il y a eu beaucoup de candidates qui sont venues nous voir en nous disant qu’elles se trouvaient grosses, mais qu’en fait, elles avaient juste des formes, explique la réalisatrice. 

« Il fallait aussi trouver une fille qui aimait vraiment les sciences. Laure avait tout cela. Et ça ne se voit pas dans le film, mais elle est très à l’aise avec son corps. Pendant les auditions, j’ai rencontré beaucoup de jeunes filles qui étaient très timides et pour qui c’était difficile d’accepter de montrer son corps. Mais pour Laure, c’était un engagement de montrer qu’il ne fallait justement pas se cacher. »

Souffrances

Marie-Sophie Chambon porte cette histoire en elle depuis longtemps. Elle a d’ailleurs écrit une première version du scénario de 100 kilos d’étoiles pour un travail de fin d’études à La Fémis, une école de cinéma, il y a près de dix ans. 

Le personnage de Loïs l’a aussi inspirée pour un court métrage – Princesse – réalisé en 2014 et qui met en scène une fillette de huit ans en surpoids qui rêve de devenir une princesse comme toutes les autres jeunes filles de son âge. Mais à cause de son poids, elle n’arrive pas enfiler la robe de princesse.

« J’ai l’impression qu’on enferme beaucoup les filles dans des modèles et qu’il y a beaucoup de souffrance là-dedans, indique la cinéaste. J’avais envie de raconter cette souffrance qu’ont beaucoup de jeunes filles à vouloir ressembler à des modèles. Je sais que des garçons en souffrent aussi. Mais il y a quand même sur le corps des femmes un poids et une charge supplémentaire : elles doivent être un objet de désir. Et l’envie de 100 kilos d’étoiles, c’était justement de sortir de ce désir. Je voulais montrer des adolescentes qui ne sont pas dans un désir sexuel ou masculin. »


100 kilos d’étoiles prend l’affiche le 3 juillet dans quelques cinémas au Québec.