/news/currentevents
Navigation

Fin d’une «honteuse» saga à Lachute

Coup d'oeil sur cet article

Une ville des Laurentides devra réintégrer deux de ses fonctionnaires congédiés il y a cinq ans après une enquête coûteuse sur fond de vengeance politique, a statué un tribunal.

L’ancien directeur général de la Ville de Lachute, Pierre Gionet, et son ancienne trésorière, Nathalie Piret, devront retourner au travail d’ici une semaine, a tranché la juge Anick Chainey, du tribunal administratif du travail.

Dans une décision cinglante de 97 pages, la magistrate qualifie cette saga de « honteuse vengeance politique ».

Ce roman-feuilleton aura coûté la coquette somme de 3,3 M$ aux contribuables. 

Dès son entrée en fonction en 2013, l’administration de l’actuel maire Carl Péloquin a enquêté sur la relation que Pierre Gionet et Nathalie Piret avaient entretenue à partir de 2007, révèle le jugement. 

Ils ont été congédiés en janvier 2015 parce qu’ils n’avaient pas déclaré cette idylle, les plaçant en conflit d’intérêts, ce que la cour a réfuté.

Pas de preuve

Le désir de se débarrasser d’eux a même poussé la municipalité à alléguer des agissements portant atteinte à leur honnêteté et à leur intégrité sans aucune preuve, rapporte la juge. 

« Je suis vraiment très content. Je veux reprendre mon poste. J’aimais mon travail », indique Pierre Gionet, maintenant en affaires avec des membres de sa famille.  

Ce dernier affirme qu’il ne pouvait pas obtenir de meilleur jugement.  

Nathalie Piret est désormais trésorière de la Municipalité de Saint-André-D’Avellin. Le Journal n’a pas été en mesure de la joindre. 

« Nous allons évaluer nos options. C’est certain qu’on est vraiment déçus du jugement. Nous allons voir cela la semaine prochaine avec les autres membres du conseil », explique le maire Carl Péloquin.  

Il précise que l’actuel directeur général et l’actuelle trésorière ont accepté leur travail en connaissance de cause et qu’il y aurait des clauses dans leur contrat de travail pour éviter les poursuites si leur congédiement était déclenché par le retour au travail des deux anciens fonctionnaires de la Ville.