/news/currentevents
Navigation

[IMAGES] Un des plus gros labos démantelé

Les policiers travailleront plusieurs jours pour mettre hors d’état cette usine clandestine de meth en Estrie

Coup d'oeil sur cet article

Des dizaines de policiers vêtus de combinaisons semblant tout droit sorties de Breaking Bad ont amorcé samedi à Danville en Estrie le démantèlement de l’un des plus gros laboratoires de drogue de synthèse jamais découverts au Québec.

Un laboratoire de drogues de synthèse a été démantelé sur une vaste propriété en Estrie.
Photo Agence QMI, Éric Beaupré
Un laboratoire de drogues de synthèse a été démantelé sur une vaste propriété en Estrie.

« Il y a des substances chimiques sur place, il y a des solvants volatils. Il y a beaucoup de risques d’incendie ou d’explosion. Ça met en danger les gens qui habitent autour et les premiers intervenants qui procèdent au démantèlement », explique Stéphane Tremblay, porte-parole à la Sûreté du Québec.

Plusieurs agents de la Sûreté du Québec ont été dépêchés sur les lieux.
Photo Agence QMI, Éric Beaupré
Plusieurs agents de la Sûreté du Québec ont été dépêchés sur les lieux.

Selon nos informations, ce laboratoire clandestin situé sur une vaste propriété du chemin CastleBar à Danville serait l’un des plus gros à être démantelés avec ceux de Chertsey dans Lanaudière en 2018 et celui de Saint-Valère en Estrie en 2017. 

Photo Agence QMI, Éric Beaupré

Les installations frappées samedi avait une capacité de production de « plusieurs dizaines de kilos » de méthamphétamines par semaine. 

Argent, armes et drogues saisis

En plus de la meth, les agents ont saisi 90 000 $ en argent canadien, plusieurs armes à feu et un kilo de cocaïne à cet endroit.

La délicate opération qui requiert d’importantes mesures de protection a débuté samedi matin et devrait durer plusieurs jours puisque les installations étaient toujours actives lorsque les policiers sont arrivés sur les lieux.

Photo Agence QMI, Éric Beaupré

« Pour chaque kilo de méthamphétamine produit, ça produit entre 5 et 6 kilos de déchets toxiques qui sont la plupart du temps déversés sur des terrains et dans des champs sans égard pour l’environnement », ajoute M. Tremblay.

Des stations de décontamination ont dû être installées en raison du danger qu’impliquent les substances.
Photo courtoisie, Sûreté du Québec
Des stations de décontamination ont dû être installées en raison du danger qu’impliquent les substances.

Les policiers doivent notamment se méfier des acides, du phosphore ainsi que du lithium, des produits qui se trouvent dans ces laboratoires artisanaux.

Quatre arrestations

Ce démantèlement survient après les arrestations vendredi de Roxane Savard, 45 ans, Roxane Turgeon-Strauss, 25 ans, Alexandre Beaucage 44 ans et Emmanuel Pereira, 46 ans.

Selon nos sources, Savard opérait le laboratoire caché sur « son domaine ». Pereira, pour sa part, est bien connu des autorités : il a eu des démêlés avec la justice à de nombreuses reprises depuis les années 1990. 

Photo Agence QMI, Éric Beaupré

Selon nos informations, les autorités ont saisi 144 000 $ en argent comptant, ainsi qu’une arme de poing chargée et munie d’un silencieux dans sa résidence du chemin Saint-Roch à Sorel-Tracy lors de cette série de perquisitions. 

Photo Agence QMI, Éric Beaupré

La résidence de Terrebonne de la présumée tête dirigeante du réseau, Maxime Lenoir, a aussi été visitée. Le propriétaire n’a toutefois pas été arrêté. Des résidences à Oka et Montréal ont également été ciblées par la police. 

Photo Agence QMI, Éric Beaupré

Les quatre suspects ont comparu par téléphone vendredi et devraient comparaître à nouveau lundi au palais de justice de Drummondville. 

Ils feront face à différentes accusations en lien avec le trafic de stupéfiants. Ils demeurent détenus en attendant.