/entertainment/tv
Navigation

Vivre en déconfinement: le feu roulant d’Isabelle Maréchal

ENT-Première de la pièce "Les Voisins "
Photo Agence QMI, Mario Beauregard Isabelle Maréchal accueille le déconfinement avec joie.

Coup d'oeil sur cet article

Parce qu’elle avait étudié en sciences de la santé au cégep et qu’elle a longtemps pensé que sa vocation était d’être médecin, Isabelle Maréchal a songé à prêter main-forte après que François Legault eut lancé un appel aux bénévoles, au printemps. 

« Je me disais que j’y serais sans doute plus utile. Mais j’ai des proches immunosupprimés et je ne voulais certainement pas les mettre à risque, dit-elle. [...] On a enfin compris que les préposés aux bénéficiaires sont essentiels pour le bien-être de nos aînés. C’est extrêmement dramatique ce qui s’est passé dans les résidences. On aura de grandes leçons à tirer pour ne plus jamais que cela n’arrive. »

Travailler durant la pandémie

Au début de la crise, Isabelle s’est fait installer un micro à la maison au cas où tout le monde allait être forcé de rester à domicile. « Mais je n’ai pas eu besoin de m’en servir, heureusement, dit-elle. Ç’aurait été un autre défi d’animer mon émission à distance. C’est tellement un feu roulant avec mes invités, les auditeurs, les lignes qui ne dérougissent pas pendant deux heures. »

Avec le déconfinement graduel, ça lui fait du bien de voir du monde, « même si les bureaux sont encore plutôt déserts », remarque-t-elle. « Avec mes deux recherchistes, on travaille à deux mètres de distance. On a passé ensemble par toutes sortes d’émotions. »

Étant aussi productrice de télévision, avec la boîte Iprod média, Isabelle Maréchal s’est bien sûr questionnée sur ce qui arriverait avec les productions. « Heureusement, j’ai terminé le tournage de ma série Tribal [diffusée sur TV5] en janvier, juste avant la pandémie, dit-elle. Je n’ose même pas imaginer ce qu’il aurait fallu faire pour rapatrier notre équipe de tournage à l’autre bout du monde chez les peuples nomades. Pourra-t-on voyager à nouveau comme avant ? »

Fabuleuse Lâcher prise

Parlant petit écran, l’animatrice a fait du rattrapage de séries durant les dernières semaines. « J’ai vraiment tripé sur C’est comme ça que je t’aime. Quel scénario de François Létourneau ! Et quel jeu des actrices et acteurs. J’attends la saison 2 avec impatience. »

Elle a aussi terminé avec regret Lâcher prise, d’Isabelle Langlois. « C’est une fabuleuse série. J’étais vraiment attachée aux personnages joués par Sylvie Léonard et Sophie Cadieux ». Elle a également hâte à la suite de la série La faille.

Côté étranger, elle a dévoré les séries Killing Eve, Sons of Anarchy, Better Call Saul et Unorthodox. « Je m’en cherche une nouvelle ! »

Avec sa fille Laura, « une mordue de cinéma », Isabelle a ressorti des classiques du septième art, dont des valeurs sûres d’Alfred Hitchcock et de Louis de Funès. « Et le fabuleux Faust, du réalisateur Friedrich W. Murnau, qui date de 1926. »

Musicalement, elle s’est endormie tous les soirs avec la musique d’Alexandra Stréliski, la pièce La lumineuse d’Ingrid St-Pierre, et Famous Blue Raincoat, de Leonard Cohen. 

Les suggestions d’Isabelle Maréchal 

Séries québécoises 

  • C’est comme ça que je t’aime  
  • Lâcher prise  

Séries étrangères 

  • Killing Eve  
  • Sons of Anarchy