/sports/fighting
Navigation

8 combats qu’on aurait aimé voir au Québec

Coup d'oeil sur cet article

Dans le monde de la boxe, certains combats ne sont pas faciles à mettre sur pied. Au cours des dernières décennies, les exemples sont nombreux. Pour certains duels, les astres n’étaient pas alignés sur le plan sportif. Et dans d’autres, les conditions n’étaient pas réunies afin d’en arriver à une entente avec les acteurs impliqués. Du côté des amateurs, ils ont été privés de plusieurs chocs qui auraient suscité un intérêt majeur au Québec. Le Journal propose une liste de combats qu’on aurait aimé voir au Québec, mais qui n’ont jamais eu lieu. 

• À lire aussi: Coulisses d’un gala qui n’a jamais eu lieu


Arturo Gatti 

Photo d'archives, Raymond Bouchard

 

Davey Hilton 

Photo d'archives

Ce combat aurait dépassé les cadres sportifs. C’était une affaire personnelle entre les deux hommes. En raison des abus sexuels commis par Davey Hilton sur les deux nièces de Arturo Gatti, « Thunder » voulait régler le compte de son ancien beau-frère sur le ring. Il voulait tellement ce combat qu’il était prêt à en découdre sans demander un sou au promoteur. Ce scénario n’a pas pu se concrétiser en raison de la mort de Gatti. Quelques années plus tard, ce fut au frère d’Arturo, Joe Gatti, de lancer un défi à Hilton. Le projet ne s’est jamais matérialisé.


Adonis Stevenson 

Photo d'archives, Didier Debusschère

 

Jean Pascal 

Photo d'archives, USA TODAY Sports

La rivalité entre Stevenson et Pascal remontait aux rangs amateurs. Au cours de son règne de champion, Stevenson a refusé tous les défis lancés par Pascal pour des raisons diverses. Pendant plusieurs mois, les deux boxeurs se sont lancé la balle sur la place publique sur le partage des revenus possible pour un éventuel combat. Par contre, ils ne sont jamais parvenus à s’entendre au grand déplaisir des amateurs de la boxe québécoise. Ce duel aurait généré un intérêt et des revenus monstres au Québec. On aurait pu chiffrer le tout à plusieurs millions en ventes de billets et de télévision à la carte. Toutefois, Stevenson n’a jamais voulu accepter de croiser le fer avec l’actuel champion WBA des mi-lourds. Le projet est tombé à l’eau de façon définitive après la défaite presque fatale de « Superman » en décembre 2018.


 

Adonis Stevenson 

Photo d'archives, AFP

 

Sergey Kovalev 

Photo d'archives, AFP

Les observateurs rêvaient d’un combat d’unification entre Adonis Stevenson et Sergey Kovalev. Le Québécois avait le titre linéaire et celui du WBC alors que le Russe avait toutes les autres ceintures des mi-lourds. Avec la force de frappe des deux boxeurs, on aurait eu droit à un duel explosif. Par contre, tout a changé le jour où le Québécois a décidé de faire le saut chez le réseau de télévision Showtime. On a assisté à des négociations sur la place publique qui n’ont rien donné de concret. Tanné d’attendre après le Québécois, Kovalev s’est alors tourné vers Andre Ward qui l’a dépouillé de ses ceintures. 


Éric Lucas 

Photo d'archives, Agence QMI

 

Markus Beyer (2) 

Photo d'archives, AFP

Éric Lucas a été victime de l’un des plus grands vols de l’histoire de la boxe québécoise en avril 2003 en Allemagne. Sa défaite par décision partagée lui avait laissé un goût amer en bouche. L’ancien champion WBC a souhaité longtemps obtenir une revanche de la part de Markus Beyer afin de remettre les pendules à l’heure. Il était même prêt à le faire même sans ceinture à l’enjeu. Par contre, les promoteurs de Beyer ne semblaient pas entichés de cette avenue et ont fait poireauter l’ancien champion sur la voie d’évitement. 


Lucian Bute 

Photo d'archives, Annie T. Roussel

 

Carl Froch (2) 

Photo d'archives, AFP

Lucian Bute a mentionné qu’il n’était pas à 100 % lorsqu’il s’était présenté sur le ring contre Carl Froch. Il avait notamment une blessure à la main gauche. Une défaite à sens unique contre l’Anglais. Est-ce que le résultat aurait été différent dans une revanche ? On ne le saura jamais. Lors de ce combat contre Froch, il avait perdu beaucoup plus que sa ceinture. Cette défaite lui a fait très mal sur le plan psychologique. Il a eu besoin de plusieurs années avant de s’en remettre. Malgré tout, il aurait été intéressant de voir un Bute en pleine possession de ses moyens contre Froch dans une revanche.  


Jean Pascal 

Photo courtoisie

 

Bernard Hopkins (3) 

Photo d'archives, Agence QMI

Les deux premiers combats avaient donné droit à des étincelles sur et à l’extérieur du ring. Jean Pascal s’était battu comme un lion lors du premier qui s’était soldé par un verdict nul. Lors du deuxième duel, il avait perdu ses ceintures par décision unanime. Bernard Hopkins avait été plus efficace dans ses coups que le Québécois. Par contre, Pascal avait décidé de ne pas inclure de clause de combat revanche pour le deuxième choc. Hopkins avait alors eu la liberté de se diriger vers un duel contre Chad Dawson au lieu d’un troisième affrontement contre Pascal. 


Otis Grant 

Photo courtoisie

 

Éric Lucas 

Photo d'archives

On n’aura jamais eu un duel entre ces deux gentilshommes du ring. Les astres n’ont jamais été alignés alors que les deux ont été champions du monde durant leur carrière respective. C’est un combat où les amateurs auraient été divisés. Avec leurs qualités, Lucas et Otis Grant se seraient livré une bataille très serrée. Une revanche ? Et même une trilogie ? Pourquoi pas ! On aurait droit à de la boxe excitante. 


Lucian Bute 

Photo d'archives, Agence QMI

 

Badou Jack (2) 

Photo d'archives, AFP

Lucian Bute souhaitait obtenir une chance de redevenir champion du monde. Après sa défaite contre James DeGale, il a eu une nouvelle chance contre le champion WBC des super-moyens Badou Jack à Washington en 2016. C’est un combat qui avait tenu les amateurs sur le bout de leurs sièges du début à la fin. Une bataille qui s’était soldée par un verdict nul. Par la suite, Bute s’est vu attribuer une défaite par disqualification après avoir testé positif à l’ostarine. Il avait été blanchi par la suite. Il aurait été intéressant de voir un deuxième affrontement Bute-Jack afin de connaître l’identité du meilleur boxeur entre les deux avec un résultat clair.