/weekend
Navigation

De l'école à la librairie: une suite logique pour un professeur

André Bernier
Photo courtoisie André Bernier

Coup d'oeil sur cet article

Il y a dix ans, André Bernier, enseignant, a pris sa retraite. Il a quitté son emploi de professeur de français de secondaire 5 à la Polyvalente La Pocatière pour aller travailler à temps partiel à la Librairie L’Option.

«J’ai toujours essayé de donner le goût de lire à mes élèves. C’était, pour moi, une suite logique», a-t-il laissé tomber, lors d’un entretien.

Privé de son emploi durant cinq semaines, lors de la fermeture physique des commerces jugés non essentiels, André Bernier est de retour dans la librairie du Carrefour La Pocatière dans le comté de Kamouraska.

La librairie L’Option a fêté ses 25 ans l’automne dernier. La propriétaire Marie-Claire Robitaille a tenu le coup durant la fermeture physique où les commandes entraient par téléphone et par l’entremise du site leslibrairies.ca.

«C’était la folie. La propriétaire se pointait tous les jours au commerce pour préparer les commandes. Un service de livraison a aussi été mis sur pied pour desservir le secteur de Kamouraska», a indiqué André Bernier.

Romans historiques

Les ventes en ligne se sont stabilisées avec la réouverture des librairies. Le volume demeure supérieur à ce que c’était avant l’arrivée de la pandémie.

Le roman Un homme meilleur de Louise Penny, lancé une semaine avant la fermeture, a été le meilleur vendeur toutes catégories confondues. 

«On en a même manqué durant quelques semaines», a mentionné André Bernier. Les nouveautés L’énigme de la chambre 662 de Joël Dicker et La vie est un roman de Guillaume Musso sont très demandées en ce moment.

«Les romans historiques québécois ont aussi la cote. L’école du village, le deuxième tome de la série Du côté des Laurentides, de Louise Tremblay-Essiambre et Quittance finale, troisième de la saga Odile et Xavier, de Jean-Pierre Charland sont des valeurs sûres», a-t-il fait savoir.

Tentations

La librairie L’Option, qui a fêté ses 25 ans l’automne dernier, est située à quelques pas du cinéma Le Scénario au Carrefour La Pocatière. On y trouve aussi des jeux, des magazines et de la papeterie.

«Les gens viennent bouquiner un peu avant d’aller au cinéma», a fait remarquer l’ex-enseignant devenu libraire.

La réouverture physique du commerce le 4 mai a amené une première vague de clients en provenance de La Pocatière et des municipalités de la région de Chaudière-Appalaches.

«Ce fut ensuite ceux de Saint-Jean-Port-Joli et de Saint-Roch-des-Aulnaies lors du déconfinement du Bas-Saint-Laurent. On a ressenti à deux reprises le plaisir du public de revenir bouquiner en librairie. Ça va très bien», a-t-il précisé.

André Bernier a fait du rattrapage lorsqu’il s’est retrouvé sans emploi durant quelques semaines.

«Un libraire, c’est comme un enfant dans un magasin de bonbons. Il y a plein de tentations. On succombe, mais on n’a pas nécessairement le temps de tout lire. Je viens de terminer le polar Fermer les yeux d’Antoine Renand, que j’ai beaucoup aimé. Nos espérances, de la jeune auteure britannique, Anna Hope, que j’aime beaucoup, sera ma prochaine lecture», a-t-il indiqué. 

Les suggestions d’André 

Les demoiselles de Havre-Aubert

Jean Lemieux

2020


La mariée de corail: la deuxième enquête de Joaquin Moralès

Roxanne Bouchard

2020


Les crépuscules de la Yellowstone

Louis Hamelin

2020

* On peut se procurer des livres dans les libraires indépendantes via le site leslibraires.ca.