/news/transports
Navigation

Le trambus disparaît du réseau structurant

L’explosion des coûts du tramway force l’administration Labeaume à revoir le réseau structurant

Le trambus disparaît du réseau structurant
Photo courtoisie Ville de Québec

Coup d'oeil sur cet article

Avec l’explosion de 700 millions $ des coûts du tramway, la Ville de Québec a annoncé lundi qu’elle amputait son projet de réseau structurant de sa portion trambus.

• À lire aussi: Le réseau structurant revu pour respecter le budget de 3,3 G$

• À lire aussi: Réseau structurant: Gosselin dénonce une «explosion des coûts»

En décembre 2019, le réseau structurant comprenait 23 km de tramway, 15 km de trambus, 16 km de voies réservées, trois terminus et deux liens mécaniques entre la haute et la basse-ville.

Lundi, l’administration Labeaume a annoncé une série de modifications qui changent le visage du projet. On parle de 22 km de tramway, 34,9 km de voies réservées et deux terminus.

« On a fait des choix pour continuer de livrer un réseau structurant, mais oui, le tramway coûte plus cher que ce qui était initialement prévu », a indiqué le directeur du bureau de projet, Daniel Genest.

Les coûts de la portion tramway ont en effet bondi de 700 millions $. Pour cette seule infrastructure, ils sont passés de 2,3 à 3,1 milliards $. Ces changements ont été faits lors de la phase de conception préliminaire.

Le maire de Québec, Régis Labeaume, a affirmé lundi, en conférence de presse, que la refonte du projet de réseau structurant permettra d’« offrir le meilleur service possible ».
Photo Jean-François Desgagnés
Le maire de Québec, Régis Labeaume, a affirmé lundi, en conférence de presse, que la refonte du projet de réseau structurant permettra d’« offrir le meilleur service possible ».

Le tunnel « sous-évalué »

Le maire de Québec, Régis Labeaume, a blâmé les mauvaises estimations de départ des coûts du tunnel.

« Il était sous-évalué. On n’avait peut-être pas les meilleures spécialistes. » La facture des expropriations et des déplacements d’utilités publiques sera aussi plus élevée que prévu.

M. Labeaume a réitéré son objectif de rendre le projet dans l’enveloppe de 3,3 milliards $, « pas une cenne de plus ».

Pour y arriver, son administration fait une croix sur le trambus, des bus biarticulés qui devaient circuler entre D’Estimauville et l’Université Laval et entre le pôle Saint-Roch et ExpoCité.

Au lieu de cela, les parcours deviendront des métrobus réguliers. 

M. Genest a convenu que le choix du métrobus rallonge inévitablement le temps de parcours. Le directeur a insisté pour dire qu’« il y a une bonification par rapport avec la situation actuelle ».

Des économies

On épargne sur les travaux sur les infrastructures souterraines, qui ne sont plus requis, et sur les acquisitions immobilières, devenues inutiles puisque les bus seront intégrés dans l’emprise déjà existante. Grâce à ce changement, on économise 746 millions $.

Le bureau de projet assure que le véhicule trambus était trop capacitaire pour l’achalandage qui est estimé.

On oublie donc le terminus qui devait être bâti à ExpoCité. Aussi, autre élément qui disparaît du projet, les deux liens mécaniques qui étaient prévus entre la haute-ville et la basse-ville à la hauteur de Joffre et Baillargé.

Élément déjà connu, on a confirmé le retrait de deux stations, à de l’Église et sur la colline Parlementaire.

M. Genest et le bureau de projet estiment que les besoins en transport seront tout de même comblés, malgré ces retraits, et que le réseau demeure un réseau structurant.

Le maire a martelé que le résultat final est que le projet entre dans l’enveloppe budgétaire et transportera autant de personnes globalement.

Quelque 600 millions $ sont réservés aux imprévus, a souligné M. Labeaume, qui estime que le budget est bien ficelé et « conservateur ».

« Moins il reste de morceaux »

Le chef de l’opposition, Jean-François Gosselin, a critiqué l’« explosion des coûts du tramway ».

Pour lui, il ne reste pas grand-chose du réseau structurant annoncé en mars 2018. « Plus ça avance, moins il reste de morceaux. »

Il a l’intention de s’adresser au premier ministre François Legault pour savoir si son gouvernement continue d’endosser le projet.