/sports/football/rougeetor
Navigation

Mital revient au Québec

Il tourne le dos à l’Orange de Syracuse et opte pour l’Université Laval

Orange de Syracuse
Photo d’archives, Richard Boutin Kevin Mital, à droite, à l’époque où il portait les couleurs de l’Orange de Syracuse avec ses coéquipiers d’alors Matthew Bergeron (60), Patrick Davis (69) et Geoffrey Cantin-Arku (31), tous originaires du Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Après une saison avec l’Orange de Syracuse où il a évolué comme réserviste, le receveur étoile Kevin Mital est de retour au Québec et il portera les couleurs du Rouge et Or de l’Université Laval.

«Depuis quelques jours, j’avais décidé de ne pas retourner à Syracuse et j’ai fait mon choix d’aller à Laval, aujourd’hui, a raconté Mital. J’ai vécu une bonne expérience de football à Syracuse, mais je m’ennuyais de la maison, de ma famille et de mes proches. Quand l’occasion se présentait, je sautais dans mon auto et je rentrais pour être auprès de mes proches. Ce fut un facteur qui a pesé dans la balance.»

«Quand je suis rentré au Québec en mars, je ne pensais pas ne pas retourner à Syracuse, de poursuivre Mital, mais cette période à la maison en raison de la COVID-19 m’a fait réaliser que c’était chez nous que je me voyais pour les quatre prochaines années.»

Accepté tardivement à Syracuse, Mital s’était pointé en août dernier au moment où le camp d’entraînement était pratiquement terminé.

À la course

En retard, il a dû apprendre le cahier de jeux alors que la préparation pour le premier match battait déjà son plein.

Le receveur assure que le fait de ne pas jouer en 2019 n’a pas pesé dans la balance au moment de prendre sa décision.

«Compte tenu de mon retard, je savais que j’allais être “red shirt”, a-t-il mentionné. Je n’étais pas fâché. J’avais bien fait lors de la première semaine du camp de printemps. L’entraîneur des receveurs était content et il m’a dit que j’allais voir du terrain en 2020 et avoir un impact, mais ma décision n’était pas reliée au football.»

Mital a prévenu l’Orange de ses intentions, lui qui avait jusqu’au 28 juin pour se présenter.

«J’ai écrit une lettre à Syracuse pour prévenir les entraîneurs, a indiqué le recordman pour le nombre de touchés (35) et le nombre de verges (2438) en carrière pour un receveur en Division 1. L’entraîneur des receveurs m’a dit qu’il comprenait ma décision et me souhaitait bonne chance pour la suite de ma carrière. Tout s’est fait en bonne et due forme.»

Choix logique

Avant de savoir s’il allait être accepté à Syracuse, Mital s’était engagé auprès du Rouge et Or, l’an dernier.

«J’ai continué avec mon choix initial. En raison de l’arrivée de Marco (Iadeluca) à la tête des Carabins, j’ai considéré Montréal. On s’est parlé à quelques reprises. Marco m’a dirigé avec l’équipe du Québec il y a quelques années et c’est lui qui était le coordonnateur offensif quand nous avons remporté le Bol d’Or en 2018. J’avais tissé des liens, mais je ne voulais pas baser ma décision seulement sur cet aspect.»

«À Laval, tout m’attire et c’est ce qui se rapproche le plus de la NCAA, d’ajouter le joueur par excellence du Bol d’Or 2018. Québec est unique. Si un joueur est recruté par Laval, je ne comprends pas pourquoi il n’accepterait pas leur offre.»