/news/society
Navigation

Un ado de 15 ans à temps plein dans un CHSLD

Touché par la situation des aînés, il souhaite leur offrir «un peu de bonheur»

William Marcotte Dugré a décidé de laisser de côté les partys cet été et de plutôt mettre à profit ses valeurs et ses talents de communicateur pour « faire la différence » auprès d’aînés dans un CHSLD de Québec.
Photo Annie T. Roussel William Marcotte Dugré a décidé de laisser de côté les partys cet été et de plutôt mettre à profit ses valeurs et ses talents de communicateur pour « faire la différence » auprès d’aînés dans un CHSLD de Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Sensible à la réalité des personnes âgées durant la pandémie, un ado de 15 ans tient à faire sa part en profitant de l’été de déconfinement pour travailler à temps plein dans un CHSLD de Québec.

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de coronavirus

• À lire aussi: COVID-19: quel métier est essentiel pour se sortir de la crise?

Cet été, comme plusieurs jeunes de son âge, William Marcotte Dugré, a fait son entrée sur le marché du travail. Si plusieurs débutent en restauration ou dans le commerce de détail, l’étudiant de 15 ans, lui, a décidé d’aller essayer d’ensoleiller les journées de nos aînés.

«J’ai vu plusieurs nouvelles passer à la télévision [concernant les CHSLD] et ça m’a beaucoup touché. Je voulais faire la différence, prendre le temps de leur offrir un peu de bonheur», explique celui qui occupe désormais le poste d’animateur d’été dans un centre d’hébergement de la région de Québec.

Sur cette photo, on peut voir William Marcotte Dugré à son tout premier jour de travail dans l’établissement pour personnes âgées.
Photo courtoisie
Sur cette photo, on peut voir William Marcotte Dugré à son tout premier jour de travail dans l’établissement pour personnes âgées.

À raison de 35 heures par semaine, le jeune homme organise donc des activités avec les aînés pour leur permettre de se changer les idées.

Philanthrope de nature et très impliqué bénévolement, l’étudiant dans un programme d’art dramatique au secondaire comptait même lancer, avant d’avoir le poste, une tournée de comédies musicales dans les différents CHSLD de la Vieille Capitale.

Aider son prochain

D’ailleurs, ce n’est pas l’argent qui l’a attiré vers ce tout premier emploi, lui qui gagne à peine plus que le salaire minimum, alors que d’autres postes plus payants lui ont été proposés ailleurs. C’est plutôt la satisfaction d’aider son prochain qui le fait vibrer.

«De voir le bonheur que j’apporte aux personnes, que ce soit pour quelque chose d’aussi simple que de leur mettre du vernis à ongles ou de danser avec eux, c’est vraiment ça, ma paie», soutient-il, assurant ne pas hésiter à déroger de son rôle d’animateur pour apporter du réconfort aux résidents lorsqu’ils en ont besoin.

William Marcotte Dugré a décidé de laisser de côté les partys cet été et de plutôt mettre à profit ses valeurs et ses talents de communicateur pour « faire la différence » auprès d’aînés dans un CHSLD de Québec.
Photo Annie T. Roussel

En raison de la pandémie, William s’est buté à plusieurs restrictions qui ont ajouté quelques particularités à son travail. En plus de devoir porter masque, gants et visière à longueur de journée, l’adolescent a dû notamment se creuser la tête pour organiser des activités respectant les mesures sanitaires.

Les partys mis de côté

Sa vie privée a également été particulièrement impactée par la crise du nouveau coronavirus, étant donné qu’il doit mettre un peu d’écart entre ses amis et lui-même. 

«Il a très vite pris la décision de ne pas participer à des partys avec ses amis, même si c’est maintenant permis, pour ne mettre personne à risque. Il est conscient que même à l’extérieur du travail, il y a des enjeux sur la vie des résidents», explique la mère de William, Anne Marcotte, qui est extrêmement fière de l’implication de son fils.

Le jeune homme qui aspire à devenir comédien voit cet emploi comme une expérience de vie enrichissante qui lui permettra de grandir. Il espère notamment encourager d’autres adolescents à faire le virage et à s’impliquer auprès des personnes âgées.