/news/provincial
Navigation

Retrait du trambus: François Legault hésite à donner son appui

Retrait du trambus: François Legault hésite à donner son appui
Photo courtoisie, Ville de Québec

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre du Québec, François Legault, veut plus d’information avant de donner son appui à la nouvelle mouture du projet de réseau structurant de la capitale, maintenant qu’il a été amputé de sa portion de trambus.

• À lire aussi: Le réseau structurant revu pour respecter le budget de 3,3 G$

• À lire aussi: Le trambus disparaît du réseau structurant

Questionné en marge de sa conférence de presse de mardi sur le port du masque dans les transports en commun, le premier ministre s’est fait demander s’il appuyait toujours la nouvelle mouture du projet de réseau structurant de transport en commun de l’administration Labeaume.

Le PM a répondu avoir besoin de temps pour analyser la question. «J’ai parlé avec Régis Labeaume la semaine dernière de cette situation, je lui ai demandé de nous donner un certain temps pour étudier le nouveau projet», a-t-il fait savoir. Il a réitéré l’importance pour son gouvernement de s’assurer que les banlieues de Québec soient intégrées au nouveau projet.

«En 2018, la CAQ avait demandé avant d’appuyer le projet que les banlieues à Québec soient bien desservies, a-t-il rappelé. Parce que c’est important, on ne peut pas juste avoir la partie tramway au milieu. Il faut que les banlieues soient bien desservies. Ce que j’ai demandé à Régis Labeaume, c’est de nous donner un peu de temps pour bien analyser la desserte des banlieues.»

L’administration Labeaume fait valoir que son plan de desserte de la couronne de la ville, combiné au projet de réseau structurant, crée la plus grande «toile» de transport collectif jamais élaborée par la Ville. Le maire martèle depuis lundi que le retrait de la portion trambus n’entraîne pas une perte sur le plan de la desserte.

Le maire de Québec a d'ailleurs insisté sur ce point dans sa conversation avec le premier ministre. 

«Je veux m’assurer de ça. Pour moi, c’est une condition qui reste incontournable», a tranché François Legault.

Bâton de pèlerin

«Ça fait quelques semaines que le maire a des échanges à haut niveau avec le gouvernement», a réagi le président du Réseau de transport de la Capitale, Rémy Normand, lors d'un comité plénier qui se tenait mardi à l'hôtel de ville.

«C'est à nous à prendre notre bâton de pèlerin et à convaincre que notre projet respecte l'enveloppe budgétaire et va desservir autant sinon plus de monde.»

Le président dit comprendre les questions du gouvernement. «Notre travail est de rencontrer et d'expliquer pour assurer que tout le monde comprend bien», a-t-il ajouté.

Il dit avoir l'assurance d'«arriver à convaincre tout le monde des vertus de ce projet-là».

Gosselin se réjouit

Le chef de l'opposition, Jean-François Gosselin, se réjouissait mardi de la réponse du premier ministre. «J'ai une lueur d'espoir quand j'entends le premier ministre dire qu'il va analyser le nouveau projet avant de l'appuyer», a-t-il exprimé au Journal. Il affirme qu'il veut un projet de transport structurant, mais il souhaite que les citoyens puissent se prononcer sur la question à la prochaine élection municipale, en 2021. 

M. Gosselin doute que le gouvernement de François Legault va être convaincu par le plan de transport qui vise à desservir les banlieues et qui a été présentée par l'administration Labeaume vendredi. «Quand on regarde les chiffres, on voit qu'il n'y a rien d'attaché», déplore-t-il.