/sports/baseball
Navigation

Manny Ramirez cogne à la porte des Capitales

Son intérêt envers Québec est sérieux selon le président de l’équipe Michel Laplante

BASEBALL/
Photo d'archives Joueur très populaire auprès des amateurs de baseball, Manny Ramirez a connu beaucoup de succès dans l’uniforme des Red Sox de Boston.

Coup d'oeil sur cet article

Joueur par excellence de la Série mondiale de 2004 dans l’uniforme des Red Sox de Boston et auteur de 555 circuits en 19 saisons dans les ligues majeures, Manny Ramirez a démontré de l’intérêt à évoluer avec les Capitales de Québec cet été en compagnie de son fils Manny Jr. si le projet d’un tournoi à quatre équipes de Michel Laplante voit le jour.

Âgé de 48 ans et ayant disputé son dernier match dans les ligues majeures le 6 avril 2011 avec les Rays de Tampa Bay, Ramirez pourrait-il s’avérer un flop comme ce fut le cas avec l’ancien voltigeur étoile Jose Canseco qui a disputé 20 parties dans l’uniforme des Tornadoes de Worcester, de la Ligue CanAm en 2012 ? Canseco avait conservé une moyenne de ,194, frappant un seul circuit. 

Dévoilé tout d’abord par Le Soleil, mardi, l’intérêt a été confirmé par les Capitales, mercredi.

« Pas du tout, assure le président des Capitales. J’ai eu le même feeling au départ, mais les gens à qui j’ai parlé m’ont rassuré. Ce n’est pas la même éthique de travail. J’ai parlé à Éric Gagné et Russell Martin qui m’ont dit que Ramirez était un des gars les plus rigoureux et qu’il affichait la forme d’un gars de 35 ans.

« Il ne frappera pas 25 circuits, a poursuivi Laplante. Il serait un joueur normal, mais il apporterait beaucoup aux autres en raison de son expérience et de son éthique de travail. Je lui ai parlé cette semaine et il aime beaucoup Québec. Il veut toutefois jouer avec son fils. »

Visite à Québec en mars

Avant le confinement de la mi-mars, Ramirez s’était pointé à Québec où il avait eu droit à une visite des installations de B45. Le fabricant de bâtons lui avait procuré quelques outils de travail et lui avait offert un tour de ville.

Actionnaire de B45, Kevin Price est demeuré en contact avec le choix de 1re ronde (13e au total) des Indians de Cleveland en 1991. « La visite avait été brève, mais on avait établi un bon contact, raconte-t-il. 

L’ancien joueur étoile (en bas à droite) s’était pointé à Québec en mars dernier pour visiter les installations de B45.
Photo d'archives
L’ancien joueur étoile (en bas à droite) s’était pointé à Québec en mars dernier pour visiter les installations de B45.

« Il avait adoré sa visite. Le froid ne lui avait pas fait peur. Son projet initial était de retourner jouer au Japon [il a joué au Pays du Soleil Levant en 2017], mais le projet est pas mal tombé à l’eau. Son intérêt de venir à Québec est sérieux et il veut jouer avec son fils. Ce genre d’opportunité est rare. 

« Il vit en Floride et il frappe des balles tous les jours, d’ajouter Price. Il est en forme. Il est encore mordu du baseball et il n’est pas prêt à tourner la page. Bien qu’hypothétique, sa présence serait vraiment le fun pour les autres joueurs parce qu’il pourrait partager son grand bagage d’expérience. »

Feu vert attendu

Pour que la venue de Ramirez se concrétise, il faudra tout d’abord que le projet des Capitales et des Aigles de Trois-Rivières obtienne le feu vert de la santé publique. Il faudra aussi voir s’il devra s’isoler après avoir franchi les douanes.

« S’il est isolé pendant 14 jours et peut être actif en frappant des balles dans un centre, ça fonctionnerait, indique Laplante, mais ça ne marchera pas s’il doit rester dans une chambre d’hôtel pendant deux semaines. Il aurait besoin d’une dizaine de jours pour se préparer. »

Tournoi à quatre équipes: une réponse nécessaire avant vendredi

Il est minuit moins cinq pour les Capitales et leur projet de lancer un tournoi à quatre équipes en compagnie des Aigles de Trois-Rivières.

« Depuis un bout déjà, j’ai peur de manquer de temps, résume le président Michel Laplante. Le projet est complexe. Notre plan est à l’étude, il y a beaucoup de bonne volonté, mais je comprends qu’ils ont plusieurs chats à fouetter. On a besoin d’une réponse d’ici vendredi. »

Sans surprise, il n’y aura pas de saison dans les ligues mineures. La décision est tombée, mercredi. « Les joueurs canadiens sont impatients qu’on leur donne une réponse, souligne Laplante. « Au Texas et ailleurs, il y aura des tournois comme le nôtre qui vont démarrer et les Canadiens ne veulent pas demeurer en reste. S’ils ne peuvent pas jouer au Canada, ils iront aux États-Unis et respecteront un confinement de 14 jours. »

« Il reste plusieurs joueurs à confirmer pour atteindre le chiffre de 80 qu’on vise, de poursuivre Laplante. Il y a 70 joueurs intéressants avec un pedigree professionnel. Parce qu’il s’agit d’un tournoi où les joueurs ne seront pas rémunérés, les gars de la NCAA et des JuCo sont éligibles. Des joueurs comme Abraham Toro et Charles Leblanc ne seront pas disponibles à mon avis. Les équipes des majeures amèneront 60 joueurs au camp d’entraînement. Ils en garderont 30 et les 30 autres vont demeurer près dans l’éventualité de blessures. »

Entre 900 et 1200 spectateurs

Laplante a confiance en son plan sanitaire. « On veut créer un événement le fun pour Québec dans un environnement sécuritaire. On a divisé le stade en cinq sections avec des entrées distinctes où la distanciation physique sera respectée. On prévoit que le stade sera rempli entre 25 et 27 % de sa capacité, ce qui signifie des foules variant entre 900 et 1200 personnes. 

« Il faudra voir aussi si les joueurs devront être confinés. Les Canadiens peuvent voyager à l’intérieur du pays. Des joueurs de moins de 25 ans en santé ne sont pas les citoyens les plus dangereux. Si on n’a pas le droit d’accueillir des amateurs et que les joueurs doivent être confinés, on va oublier le projet. En bout de ligne, ça sera aux joueurs de décider s’ils acceptent d’être confinés ou pas. »