/entertainment/music
Navigation

[EN IMAGES] Lost Fingers à la baie de Beauport: Team Dance a sauvé la soirée

Le groupe jazz manouche de Québec a réussi à embarquer le public

Coup d'oeil sur cet article

Rendons hommage aux Lost Fingers. Le groupe jazz manouche de Québec y a mis tout son cœur et a réussi à embarquer le public dans sa folie, mercredi soir, même si la baie de Beauport n’était pas une destination prisée en cette soirée de fête du Canada.

• À lire aussi: Chansons et feuille d’érable

Ce n’était pas gagné. D’emblée, la formule du musiparc a montré ses limites quand le quatuor, désormais mené par la charismatique jeune chanteuse Rosalie Roberge, s’est installé sur scène devant à peine une trentaine de véhicules.

Les spectateurs étaient dispersés, l’ambiance morne au début, mais les Lost Fingers ont quand même fait réagir la foule, mercredi soir, à la baie de Beauport.
Photo Agence QMI, Simon Clark
Les spectateurs étaient dispersés, l’ambiance morne au début, mais les Lost Fingers ont quand même fait réagir la foule, mercredi soir, à la baie de Beauport.

Photo Agence QMI, Simon Clark

Conséquence, il manquait cruellement d’ambiance.

Photo Agence QMI, Simon Clark

Seuls quelques applaudissements polis des spectateurs, forcément dispersés assez loin les uns des autres, et de timides coups de klaxon ont retenti quand les Lost Fingers ont lancé le concert en pigeant dans le répertoire disco d’Earth, Wind and Fire.

Photo Agence QMI, Simon Clark

Ça n’a heureusement pas ralenti le groupe, spécialiste de la nostalgie en tout genre et qui profitait de l’occasion pour étrenner à Québec son nouveau concept de combat des hits des années 1990.

Photo Agence QMI, Simon Clark

Le grunge balayé

Dans un premier temps, la foule a couronné leur reprise amusante, avec de jolis effets de voix étouffée, de I Like To Move It aux dépens de l’hymne grunge Even Flow.

Malgré notre affection pour Pearl Jam, la version du succès dance popularisé par Reel 2 Real avait effectivement plus de tonus.

Photo Agence QMI, Simon Clark

Après coup, un semblant de party a pris. À l’invitation de Byron Mikaloff, les spectateurs ont rythmé les klaxons avec les «thunder» de Thunderstuck dans un segment où les hits de AC/DC ont pris de déstabilisantes, mais pas désagréables, couleurs jazz.

Retour ensuite à la bataille. Le grunge a subi un autre revers, cinglant celui-là, lorsque Outshined, de Soundgarden, a baissé pavillon face à Missing. Score final : 2-0 Team Dance.

Photo Agence QMI, Simon Clark

Ce sont d’ailleurs les chansons dansantes qui ont sauvé la soirée. Plus on avançait, plus ça dansait autour des voitures pendant que le groupe déballait de vieux succès de Bananarama et de Deee-Lite.

Même qu’au rappel, des spectateurs se sont aventurés vers l’avant de la scène pour se déhancher sur Pump Up the Jam et Cotton Eyed Joe pendant que Rosalie Roberge et les musiciens s’en donnaient à cœur joie sur les planches. Leur plaisir était contagieux.

Tout cela était bien chouette, mais on ne pouvait s’empêcher de penser que le plaisir aurait été décuplé dans un environnement de concert traditionnel.  


► Les Lost Fingers seront de retour sur la scène de la baie de Beauport, jeudi soir.