/news/transports
Navigation

Transport aérien: larguées par Air Canada, les régions lancent un SOS

Des élus rêvent d'un transporteur aérien québécois d'envergure pour assurer un service de qualité sur leur territoire

Coup d'oeil sur cet article

Air Canada a «abandonné» les Québécois en éliminant des connexions régionales essentielles, et ce, après avoir reçu un prêt public de près de 800 M$, déplore la classe politique. Plusieurs élus rêvent maintenant à un transporteur aérien québécois d'envergure.

• À lire aussi: Air Canada suspend indéfiniment plusieurs liaisons régionales au Québec

• À lire aussi: Liaisons régionales d'Air Canada: un cauchemar pour se faire soigner à Québec

• À lire aussi: Les transporteurs régionaux prêts à «combler le vide» d’Air Canada

«Si Air Canada abandonne les régions, il est temps pour le Québec d’abandonner Air Canada. Ça prend une alternative québécoise pour desservir les régions du Québec», a tonné le chef par intérim du Parti québécois et député de Matane Pascal Bérubé. L’élu est directement touché avec la fermeture du comptoir d’Air Canada à l’aéroport de Mont-Joli.

La liste de récriminations à l’endroit du «transporteur national» est longue. On lui reproche son non-respect du français et l’absence de remboursement des vols annulés durant la pandémie. 

  • Écoutez l'entrevue du maire de Sept-Îles Réjean Porlier avec Vincent Dessureault à QUB Radio:  

L’abandon d’une série de liaisons régionales mercredi est cependant la goutte qui fait déborder le vase. Air Canada évoque le contexte de la pandémie, mais certaines fermetures sont permanentes, dénonce le député Bérubé.

Un dur coup

Cette décision aura des impacts économiques, touristiques, et même médicaux. «Ça envoie un message très négatif sur l’accès à nos régions», déplore M. Bérubé.

Le député solidaire Vincent Marissal abonde dans le même sens. «Ils se comportent comme des bums. Ils décident qu’ils coupent la ligne, bien ils coupent la ligne sans consulter», a-t-il dénoncé.

Comme le Parti québécois, Québec solidaire estime que le gouvernement du Québec doit faire une réflexion sur le transport régional, amoché par les coupures d’Orléans Express, de VIA Rail et maintenant d’Air Canada.

«Il y a un traumatisme avec l’échec de Québecair dans les années 1970 et 1980, mais il faut se poser la question aujourd’hui», souligne M. Marissal.

Ça prend un transporteur d’ici

Le maire des Îles-de-la-Madeleine, Jonathan Lapierre, déplore également la décision «irresponsable» d’Air Canada.

Lui aussi songe à la création d’un transporteur régional: «Il faut absolument qu’on en vienne à détenir notre indépendance en termes de transport dans les régions», a-t-il dit.

Du côté du gouvernement Legault, le bureau du ministre des Transports, François Bonnardel, a souligné, dans un échange courriel, que «la plupart des régions sont desservies par des transporteurs régionaux autres que Air Canada, pensons notamment à Pascan, Air Creebec ou Air Liaison». M. Bonnardel a décliné la demande d’entrevue du Journal.  

  • ÉCOUTEZ l'entrevue de Yani Gagnon, vice-président de Pascan, à QUB Radio:   

Québec a annoncé l’été dernier un programme d’aide aux dessertes aériennes régionales de 22,5 M$, puis une aide de 40 M$ dans la foulée de la pandémie, ainsi qu’un programme de 100 M$ pour moderniser les aéroports régionaux.

Mais les coupes d’Air Canada auront un impact considérable sur ces installations, prévient Pascal Bérubé. «Les aéroports vivent de la présence des comptoirs. Air Canada qui se retire, c’est un coup très dur», a-t-il laissé tomber.

—Avec Kathryne Lamontagne 

Liaisons abandonnées par Air Canada au Québec   

  1. Baie-Comeau – Montréal        
  2. Baie-Comeau – Mont-Joli        
  3. Gaspé – Les Îles-de-la-Madeleine        
  4. Gaspé – Québec        
  5. Sept-Îles – Québec        
  6. Val-d’Or – Montréal        
  7. Mont-Joli – Montréal        
  8. Rouyn-Noranda – Val-d’Or                  

Fin complète des escales suivantes   

  1. Gaspé        
  2. Baie-Comeau        
  3. Mont-Joli        
  4. Val-d’Or