/news/provincial
Navigation

Masques dans les autobus: pas le rôle des chauffeurs de jouer aux policiers, selon Rémy Normand

Masques dans les autobus: pas le rôle des chauffeurs de jouer aux policiers, selon Rémy Normand
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Rémy Normand, président du Réseau de transport de la Capitale (RTC), estime que ce n’est pas le rôle des chauffeurs de bus de jouer aux policiers pour imposer le port du masque dans les transports publics à partir du 13 juillet. 

« On va laisser l’examen se faire, mais j’ai plutôt tendance à être d’accord avec les chauffeurs d’autobus qui vous disent que ça ne leur appartient pas, dans leurs tâches, de faire ce travail-là [de police] », a mentionné Rémy Normand, jeudi, en marge d’un point de presse. 

Masques dans les autobus: pas le rôle des chauffeurs de jouer aux policiers, selon Rémy Normand
Photo Stevens Leblanc

Faut-il alors s’attendre à l’embauche d’employés supplémentaires au RTC pour réaliser cette tâche ? « Ça fait partie des options. On ne l’a pas encore détaillé. Si ça nécessite des ressources additionnelles, quelle sera la nature de ces ressources ? Quel genre d’individu on peut habiliter avec nos règlements ? » s’est demandé M. Normand.

Dans son édition de jeudi, Le Journal rapportait que le masque était largement boudé par la clientèle du RTC. Appelé à réagir, Rémy Normand a dit « espérer » que les gens se conformeront rapidement à la réglementation. « Les règles sanitaires doivent être respectées. Il y a des endroits où c’est plus que nécessaire de porter un masque et un bus est un de ces endroits », a-t-il affirmé. 

Au même moment, des agents du RTC distribuaient des masques aux quelques rares usagers qui se trouvaient, jeudi matin, à l’inauguration du terminus de La Faune, à Charlesbourg, qui comprend 225 cases au stationnement incitatif (Parc-O-Bus).   

Masques dans les autobus: pas le rôle des chauffeurs de jouer aux policiers, selon Rémy Normand
Photo Stevens Leblanc

Masques dans les autobus: pas le rôle des chauffeurs de jouer aux policiers, selon Rémy Normand
Photo Stevens Leblanc

«Nettoyer le paysage»

Dans un autre registre, M. Normand a minimisé la portée des interrogations exprimées par le premier ministre François Legault, mardi, au sujet de la nouvelle mouture du réseau structurant de transport en commun.

« Je comprends que le gouvernement puisse avoir des questionnements. On est dans le processus où on explique notre projet, a-t-il réitéré. Tant qu’il va en rester [des questions], on va être un peu dans ce flottement-là. On veut nettoyer le paysage le plus rapidement possible pour commencer à travailler le plus rapidement possible. » 

M. Normand ne semblait pas trop inquiet quant à l’issue de ces discussions. « On a déjà les approbations. Tout le monde s’est engagé à hauteur de 3 milliards $, a-t-il insisté. Les autorisations, sur le principe, on les a toutes. On est dans le processus où l’on doit avancer avec le projet. »