/news/currentevents
Navigation

8500$ pour avoir rasé une haie

Un voisin voulait installer une clôture à la place

Coup d'oeil sur cet article

Un homme de 73 ans de Laval est décédé avant de pouvoir profiter des quelque 8500 $ que devra lui verser son voisin pour une chicane de haie de cèdres. 

Marc Gingras a emménagé sur son terrain, à Laval, en 1973. Il y a planté, avec son voisin de l’époque, une haie de cèdres afin de séparer leurs terrains respectifs.

Plusieurs années plus tard, en 2001, Claude Loiseau et Hélène Matreau déménagent à côté de M. Gingras. 

Printemps 2014

Tout se déroule bien au cours des années qui suivent... jusqu’au printemps 2014, selon une décision rendue le 20 mai dernier à la Cour du Québec.

« M. Loiseau a bien tâté le terrain auprès de M. Gingras quant à l’installation d’une clôture mitoyenne, mais ce dernier s’est formellement opposé à cette idée. Il indique clairement à M. Loiseau que s’il désire une clôture, il n’a qu’à l’installer sur son propre terrain », indique le document judiciaire.

Le couple fait alors fi de la décision de son voisin et rase la haie. 

« Étant d’avis que la haie se trouve sur son lot et qu’elle leur appartient, les défendeurs ne demandent pas la permission de M. Gingras avant de procéder à la coupe. »

Pour ce geste, la juge Johanne Gagnon a exigé que les voisins de M. Gingras lui versent un peu plus de 8500 $. 

Décès

Mais le septuagénaire est décédé avant de voir la couleur de cet argent puisqu’il s’est éteint le 30 juin 2019. 

C’est son épouse, Lise Roy, qui a poursuivi ce dossier en l’absence de son défunt mari.

« Les défendeurs n’étaient pas sans savoir que Marc Gingras voulait conserver une haie entre les deux propriétés afin de préserver leur intimité. Ils ont agi de façon téméraire et cavalière en procédant à la coupe de la haie sans aucune autorisation, que ce soit de M. Gingras lui-même ou de la Cour. »