/opinion/columnists
Navigation

Alerte rouge

Coup d'oeil sur cet article

La députée libérale Marwah Rizqy a dénoncé le projet d’identité numérique et le fichage biométrique envisagés par Québec. Elle craint qu’ils ne pavent la voie à la surveillance de masse, avec toutes les dérives liberticides sous-jacentes.

Mme Rizqy a parfaitement raison !

On se laisse facilement aveugler par les avantages des nouvelles technologies. C’est une erreur ! Il ne faut pas considérer uniquement l’emploi immédiat d’une technologie. Il faut évaluer la trajectoire sur laquelle elle nous place et l’horizon politique vers lequel elle nous mène.

Sinisation

Alors que la Chine a importé le modèle économique occidental, l’Occident importe maintenant le modèle politique chinois.

Graduellement, notre régime politique se sinise !

Il y a d’abord eu les révélations d’Edward Snowden, selon lesquelles toutes nos cyberactivités sont enregistrées. Il y a également une surveillance financière de masse si bien implantée que tous nos échanges peuvent être suivis en temps réel.

Vient maintenant s’ajouter la nouvelle artillerie dont la CAQ veut se munir.

Soyons toutefois conscients qu’elle peut aisément conduire à une nouvelle forme de gouvernance basée sur la surveillance de masse d’inspiration chinoise. 

Aujourd’hui, les Chinois vivent au rythme du « Crédit social ». Ce système de notation des citoyens récompense ou pénalise les individus en fonction de leurs comportements. Celui qui perd trop de points peut perdre le droit de voyager, d’acheter un appartement ou de fonder une entreprise.

Certes, nous sommes encore loin du Crédit social. Mais une société ne bascule pas dans un monde orwellien du jour au lendemain. C’est un processus graduel.

Garantie

La CAQ nie envisager une surveillance à la Big Brother. Admettons !

Mais quelle garantie avons-nous que de tels pouvoirs ne tomberont jamais entre de mauvaises mains ?

Benjamin Franklin disait : « Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux. » À méditer !