/opinion/columnists
Navigation

Marcel! t’es là?

Coup d'oeil sur cet article

Il fut une époque où nous aurions tous eu la même réaction. Ça, c’est un autre tour de Marcel Béliveau dont les idées loufoques ou invraisemblables ont fait le tour de la planète. Chaque semaine, Marcel arrivait avec une fourberie, une fausseté et l’annonçait comme une grande nouvelle. Ça marchait. Il a berné des milliers de gens.

Depuis mars, on dirait que Marcel, décédé il y a 11 ans, est revenu.  

Quand on nous a dit de rester chez nous, de ne plus sortir sauf pour aller à la SAQ et que le premier grand danger était la soudaine disparition du papier de toilette sur la planète, on n’était plus certain. 

Quand on a découvert qu’un premier ministre viendrait nous parler, nous réconforter, et ce, tous les jours en nous disant paternellement : « Ça va bien aller », c’était difficile à croire. Encore moins que l’autre premier ministre, réputé pour ses esprits de grandeur et de luxe, allait expédier des chèques de CPU à gogo par centaines de milliers à travers le pays offrant ainsi des vacances formidables à des gens qui, pourtant, n’avaient rien demandé. Depuis, ça ne lâche pas. 

LES FRAGILES

Du phoque à Laval à la baleine à Varennes, ça ne se peut pas, mais c’est bel et bien là. Comme ce jour où Gary Bettman nous est arrivé en disant que le Canadien allait faire les séries même si sa piètre fiche ne le qualifiait pas. Contre Sidney Crosby et ses Pingouins en plus et que même ces derniers avaient peur de se faire éliminer par Carey Price. Ben voyons donc ! 

On ne l’a pas encore vu au volant d’une Nissan Sentra usagée, mais on a ensuite appris que Guy Laliberté changeait son train de vie et que son ex, le Cirque du Soleil, déposait un dossier de mise en faillite. Ben, re-voyons donc !

Qui aurait pu penser qu’un jour on oublierait d’afficher le drapeau du Québec au spectacle de la fête nationale ? 

C’est ça que Marcel avait découvert. Nous sommes fragiles. Il ne faut pas grand-chose pour nous déstabiliser. 

T’AUSSI

  • Je suis fier de moi. Je viens de compléter « les 30 jours sans alcool » que j’avais commencés en 2017.
  • Un ado inquiet : « Est-ce qu’on doit aussi se roter dans le coude ? »
  • Le Cirque du Soleil a dû congédier le célèbre contorsionniste qui est capable de se parler dans le dos.
  • Son char est un 1,5 litre. Y doit pas être fort, mon Pepsi, c’est un deux litres.
  • Truc pour enlever les poignées d’amour. Enlevez les poignées du frigidaire.
  • J’ai toujours un doute lorsque je vois un jardinier chauve.
  • Mon gazon a la coupe Longueuil. Court en avant et long en arrière.
  • « Les déménagements sont terminés. Passons à la phase suivante. » (L’Association des chiros)
  • Comment l’affiche « Ne marchez pas sur le gazon » est arrivée là où elle est ?

À DEMAIN PEUT-ÊTRE

Craignant d’éternuer, la Terre a cessé de tourner et ne sait plus comment recommencer.