/finance/business
Navigation

Un appareil pour favoriser la distanciation sociale

Un Lavallois invente un petit radar portatif fabriqué entièrement au Québec

Pubsphère
Photo collaboration spéciale, Stéphane Sinclair Stéphane Bernier tient dans ses mains l’Egid, un radar portatif unique au monde qui favorise la distanciation sociale.

Coup d'oeil sur cet article

Un entrepreneur de Laval a profité du confinement pour développer un radar portatif unique au monde pour favoriser la distanciation sociale. 

« Il fallait que ce soit simple à utiliser, intuitif et efficace, notre système est unique au monde », avance Stéphane Bernier, fondateur de Pubsphère. La compagnie de Laval est spécialisée dans la fabrication de kiosque pour les entreprises qui participent à des foires commerciales à travers le monde depuis près de 20 ans. 

M. Bernier a vite compris que son industrie serait sérieusement touchée par la pandémie et sur plusieurs années. 

« C’est une industrie indispensable pour l’économie, mais la COVID-19 rend notre marché très difficile », soutient-il. 

Alors qu’il était confiné en avril dernier, il a eu l’idée de développer un petit radar portatif qui allait faciliter la reprise de ses activités. Il y a déjà des petits systèmes électroniques qui indiquent que deux personnes sont trop près l’une de l’autre. Il doit y avoir deux appareils qui communiquent. Le sien n’a pas besoin d’un deuxième appareil puisqu’il ne détecte pas un autre appareil, mais un être humain.  

« C’est une technologie Lidar. C’est comme un radar, mais ça utilise la chaleur corporelle de la personne qui se trouve devant toi », explique l’entrepreneur de 50 ans.  

Développement 

Il a contacté ses anciens collègues d’une autre compagnie de Boisbriand pour leur demander de l’aider dans la conception en avril dernier.  

« Ils ont réussi à me faire les algorithmes et le produit et [il a été lancé] le 29 juin », s’enthousiasme M. Bernier en entrevue avec Le Journal

Ce dernier a bon espoir d’en vendre partout à travers le monde et de réembaucher ses 35 employés à terme. 

« Notre produit envoie un petit rappel amical qui indique à la personne qui vient vers toi qu’elle s’approche trop. Les distances sont facilement programmables », dit-il. 

L’homme d’affaires précise que tout est fabriqué au Québec. « Je pouvais le faire fabriquer en Chine, j’ai les contacts. Non ! Tout est fabriqué ici. C’est le moment de tous nous soutenir », lance-t-il. 

Médaille de guerre française 

Le nom de son produit, Egid, provient d’une médaille de guerre française qui est remise à des soldats qui s’illustrent dans la protection de leur territoire. C’est une ancienne collègue qui travaille maintenant au marketing chez Michelin en France qui a trouvé le nom. 

Stéphane Bernier espère qu’un commerçant va voir le potentiel et tester sa technologie. « Non seulement il va démontrer à ses employés qu’il agit en bon “père de famille” envers ses employés, mais il va aussi démontrer qu’il a à cœur ses clients. On doit continuer à être vigilants tant qu’il n’y aura pas de véritable traitement et de vaccins », conclut-il.