/news/coronavirus
Navigation

Baigneurs insouciants à Shannon

La règle du deux mètres de distance était très peu respectée par les centaines de vacanciers

plage shannon
Photo Jérémy Bernier Des centaines de baigneurs ont profité du beau temps pour se rendre à la plage de Shannon, oubliant pour la plupart les mesures de distanciation sociale.

Coup d'oeil sur cet article

Les mesures de distanciation sociale semblent avoir été oubliées par les quelques centaines de baigneurs qui se sont précipités à la plage de Shannon, hier après-midi, en quête de fraîcheur.

« Avec l’été et la chaleur, les gens ont un peu oublié la pandémie. Il n’y a vraiment pas deux mètres entre les personnes », déplore Éric Ouellet, un voisin de la plage. Ce dernier constate chaque jour le refus des baigneurs de se plier aux demandes de la santé publique. 

Alors que le mercure frisait les 30 °C, Le Journal a pu voir que des centaines de personnes en maillots et sandales avaient bien de la difficulté à maintenir leurs distances. « C’est comme ça presque tous les jours depuis plus de deux semaines. On a été confiné trois mois, alors on en profite », a indiqué au Journal un baigneur originaire de l’endroit.

Cette plage est si prisée que les trois grands espaces de stationnement près de celle-ci étaient bondés et quelques automobilistes ont même pris le risque de se garer dans des endroits interdits, au risque de recevoir une contravention.

Si quelques-uns faisaient attention, nombreux sont ceux qui n’ont pas respecté la règle de deux mètres.
Photo Jérémy Bernier
Si quelques-uns faisaient attention, nombreux sont ceux qui n’ont pas respecté la règle de deux mètres.

« Quelle distanciation ? »

Plus tôt cette semaine, le directeur national de la santé publique, Horacio Arruda, avertissait les Québécois de ne pas relâcher leur vigilance face à la pandémie de coronavirus qui risque d’occasionner une deuxième vague.

Or, plusieurs vacanciers rencontrés par Le Journal à la plage de Shannon semblaient considérer la COVID-19 comme un lointain souvenir.« Quelle distanciation ? », a lancé en riant un jeune homme originaire de Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier. Disons qu’on ne peut pas trop respecter ça ici. »

« On essaie de faire attention, mais on ne se prend pas trop la tête avec ça », affirme l’un de ses amis.

Au passage du Journal, personne ne portait de masque et aucune figure d’autorité ne s’assurait du respect des mesures de distanciation.

Selon des 
visiteurs rencontrés, la plage est bondée de gens 
depuis plus de deux semaines.
Photo Jérémy Bernier
Selon des visiteurs rencontrés, la plage est bondée de gens depuis plus de deux semaines.

Encore présent

« Les gens ont longtemps perçu que les cas provenaient des centres d’hébergement », explique Diane Lamarre, professeure titulaire de clinique à la faculté de pharmacie de l’Université de Montréal, concernant la baisse de vigilance des Québécois.

« Mais depuis trois semaines, les nouveaux cas sont presque tous observés dans la communauté », précise-t-elle.

Selon elle, les plages sont des endroits où il y a un risque potentiellement important de contamination, si on ne suit pas les mesures de distanciation sociale, en raison des activités et de l’excitation des vacanciers. Toutefois, la baignade dans les piscines publiques serait plus sécuritaire puisque le virus est particulièrement sensible au chlore qu’on y met.

« À ceux qui ont pensé que la chaleur détruirait le virus, il faut regarder ce qu’il se passe dans le sud des États-Unis. C’est vraiment la catastrophe là-bas. Donc on ne peut pas présumer [...] que le virus va être complètement inactivé à cause de la chaleur », conclut-elle.