/news/provincial
Navigation

Labeaume agacé par l’hésitation de Legault

Les banlieues seront bien desservies, assure le maire

Le maire de Québec Régis Labeaume
Photo Simon Clark Le maire de Québec Régis Labeaume

Coup d'oeil sur cet article

Déstabilisé par l’hésitation de François Legault, qui n’a toujours pas appuyé la nouvelle mouture du réseau de transport collectif, Régis Labeaume a défendu son projet et assuré, hier, que les banlieues y trouveront leur compte.

• À lire aussi: Le trambus disparaît du réseau structurant

Le premier ministre s’était montré inquiet il y a une semaine pour les citoyens des banlieues et avait demandé du temps pour étudier le projet avant de se prononcer, dans la foulée de l’abandon du trambus qui devait desservir le centre-ville, mais aussi Beauport et Sainte-Foy.

« Honnêtement, ça a été difficile d’entendre ça alors que trois quarts de ce qu’on bâtit s’en va sur le territoire des ex-banlieues », a réagi le maire de Québec, en marge de la dernière séance du conseil municipal avant la pause estivale.

« Beaucoup d’émoi »

Les déclarations du PM ont « créé beaucoup d’émoi chez beaucoup de monde », a concédé M. Labeaume, pour qui le temps presse.

« Ça me fatigue qu’à sept jours du dépôt des candidatures (des consortiums), on soit en train de discuter de ça [...] On a un agenda. On joue dans les ligues majeures, on s’en va en appel d’offres, alors il faut parler de la même voix, il faut décoller », a-t-il insisté en conférence de presse.

Impatient d’avoir un retour, le maire dit avoir senti le besoin de « lui répondre » sur la place publique, même s’il a déjà tenté de convaincre les membres de sa garde rapprochée du bien-fondé de son nouveau plan de match, la semaine dernière.

83 km de voies en banlieue

En tenant compte des nouvelles voies réservées pour les bus en périphérie, des accotements qui seront utilisés éventuellement par les autobus et du tracé du tramway qui relie Sainte-Foy à Charlesbourg, la Ville calcule donc que 83 km des 113 km de nouvelles voies (73 %) seront aménagés en banlieue.

« Il n’y a jamais eu à Québec une toile aussi complète pour des services de transport collectif », a fait valoir le maire, quelques heures avant le début des audiences du BAPE sur le tramway.

Nullement perturbé par l’opposition anti-tramway et la manif du week-end – un « très beau flop » selon lui –, M. Labeaume a dit ne pas craindre pour le projet, mais pour l’échéancier.

Précisons que la Ville aura besoin d’un décret du gouvernement à la fin août pour lancer l’appel de propositions auprès des consortiums préqualifiés.