/news/currentevents
Navigation

Du valium dans le café d’un collègue

Le soudeur écope d’un an de prison à domicile

palais de justice Montreal
Photo Chantal Poirier Michel Julien était au palais de justice de Montréal, lundi, pour entendre la sentence du juge.

Coup d'oeil sur cet article

Un soudeur qui avait mis du valium dans le café d’un collègue avec qui il s’était disputé s’en est sorti avec un an de prison à domicile, suivi d’une période de probation.

« Ce que vous avez fait n’est pas banal, les conséquences auraient pu être dramatiques », a lancé le juge Jean-Jacques Gagné à Michel Julien, lundi, au palais de justice de Montréal.

Julien, 61 ans, est un soudeur qui travaillait pour une entreprise de Montréal-Est, en octobre 2018. Il avait également des problèmes d’alcool, si bien qu’il avait consommé au travail.

Mis au courant de cela, le collègue avait dénoncé Julien. Ce dernier, fâché et se sentant harcelé, a voulu se venger.

Café drogué

« Il a mis du valium dans le café de son collègue, sur le lieu de travail », a expliqué l’avocat de la défense, Philippe Grenier. 

Sous l’effet de cet anxiolytique avec des propriétés sédatives, la victime a commencé à s’endormir au boulot. Ignorant qu’elle avait été droguée à son insu, elle est rentrée chez elle, en voiture, au début de l’heure de pointe. 

Heureusement, la victime n’a eu aucun accident, a noté le juge. 

Julien a vite été congédié.

Il se vante

Le crime aurait pu passer inaperçu, sauf que Julien n’a pas pu s’empêcher de s’en vanter auprès d’autres collègues. Et lors de la perquisition au domicile de Julien, à Sainte-Anne-des-Plaines, les enquêteurs ont trouvé une arme de chasse que l’accusé détenait sans permis, et des munitions mal entreposées.

Accusé au criminel, Julien a finalement plaidé coupable d’avoir administré une substance délétère, de menaces, ainsi que sur les chefs en lien avec l’arme de chasse. 

« C’était une période où j’étais très dépressif », a expliqué Julien qui s’était fait attraper cinq fois à conduire avec les facultés affaiblies.

En plus de son année de prison à domicile, Julien devra respecter une période de probation de trois ans.