/misc
Navigation

Kanye West: yes he can!

Kanye West en octobre 2018 lors de son passage à la Maison-Blanche
Photo d'archives, AFP Kanye West en octobre 2018 lors de son passage à la Maison-Blanche

Coup d'oeil sur cet article

L’année 2020 a réservé bien des surprises jusqu’à maintenant et elle est loin d’être terminée! Hier, le rappeur Kanye West annonçait son intention de se présenter à l’élection présidentielle.

Bien avant l’entrée en scène de Donald Trump, la politique américaine comportait une bonne part de spectacle. Notoriété et richesse suffisent parfois à intéresser les stratèges politiques. Si Justin Trudeau a pu miser sur son nom de famille, Kanye West peut assurément jouer sur sa célébrité et sur celle de son entourage.

L’homme est-il pour autant qualifié pour diriger les États-Unis? Il ne serait pas le premier candidat mal préparé pour ce défi colossal, mais je vous laisse juger du sérieux de sa candidature. Je préfère me concentrer sur ses chances réelles de bien figurer, alors qu’il ne reste que quatre mois avant l’élection.

Si Kanye West peut techniquement se lancer, bien des écueils vont parsemer son parcours. Déjà, il est trop tard pour que son nom apparaisse sur les bulletins de vote de plusieurs États. Parmi ceux-ci, on retrouve New York, le Texas et l’Illinois, trois des États qui ont le plus de poids au collège électoral. Aussi bien dire que ses chances de victoire sont bien minces. 

West devrait également se manifester très rapidement pour respecter les exigences de plusieurs autres États s’il souhaite vraiment que son nom figure avec ceux de Joe Biden et de Donald Trump. S’il tarde, il aura épuisé tous ses recours ou presque d’ici le mois de septembre. 

Il n’est cependant pas impossible que des électeurs américains puissent malgré tout appuyer le rappeur le 3 novembre prochain. Certains États permettent d’inscrire le nom d’un candidat ou d’une candidate qui n’apparaît pas sur la liste. Cette pratique dite du write-in ne permet habituellement pas d’obtenir des résultats importants, mais ce n’est pas impossible. En 2010, la sénatrice de l’Alaska Lisa Murkowski avait préservé son siège de cette manière.

Dernier écueil pour celui qui annonçait déjà son projet politique en 2015: ce ne sont pas tous les États qui permettent le write-in. Trente-trois États imposent certaines restrictions et neuf autres ne permettent tout simplement pas la pratique.

Je ne me risque donc pas à une prédiction hasardeuse si j’avance tout de suite que Kanye West ne sera pas le prochain président américain. Cela ne signifie pas pour autant qu’une candidature du rappeur serait sans conséquence. 

Des observateurs avancent que West souhaite se présenter pour atténuer les gains de Joe Biden auprès de la communauté noire. Il ne se lancerait que pour diviser le vote et permettre à Donald Trump d’obtenir un second mandat. On ne peut pas exclure cette possibilité, mais il faudrait se rappeler que West a déjà déclaré que l’esclavage constituait un choix. Vous croyez qu’en cette période de manifestations, la communauté noire a déjà oublié?