/finance/business
Navigation

OWG: la nouvelle ligne aérienne submergée de candidatures

Le nouveau transporteur québécois dit vouloir offrir un «bon service, au juste prix»

OWG: la nouvelle ligne aérienne submergée de candidatures

Coup d'oeil sur cet article

Signe évident d’un effritement du marché de l’emploi, l’annonce de la création d’OWG mardi, cette nouvelle société aérienne québécoise sensée faire concurrence à Air Transat et Sunwing, aura entraîné une marée de candidatures.

En fin de journée mardi, moins de 12 heures après son annonce officielle, Nolinor Aviation, cette société à l’origine d’OWG, avait déjà reçu près de 350 candidatures de professionnels d’expérience.

« Je vous confirme qu’il n’y a plus de pénurie d’emploi, affirme son président, Marco Prud’homme, impressionné tant par le nombre que par la qualité des candidatures reçues. Le résultat, à son avis, des centaines de mises à pied annoncées ces dernières semaines dans la foulée de la pandémie.

« Nous sommes habitués à recevoir des CV de pilotes et d’agents de bord. Mais là, c’est une tout autre chose ; on en reçoit de personnels de direction, de spécialistes de la gestion des revenus, d’autres de la gestion des rampes, de manutentionnaires... L’éventail de ce que l’on reçoit est impressionnant. »

« À voir les jeunes se regrouper sur les plages, je pense qu’ils sont prêts à voyager, malgré la pandémie », dit le président de Nolinor, Marco Prud’homme.
Photo d’archives, Martin Alarie
« À voir les jeunes se regrouper sur les plages, je pense qu’ils sont prêts à voyager, malgré la pandémie », dit le président de Nolinor, Marco Prud’homme.

Un moment propice

Tandis que l’industrie aérienne traverse la pire crise de son histoire, l’entreprise de Mirabel, spécialisée dans les vols nolisés et cargo, a procédé au lancement mardi d’une nouvelle compagnie aérienne régulière vouée au transport de vacanciers vers le sud, comme le font déjà plusieurs autres, aujourd’hui toutes en difficulté.

  • ÉCOUTEZ la chronique économique de Yves Daoust, directeur de la section Argent du Journal de Montréal et du Journal de Québec, à QUB Radio:

Le président de Nolinor jure ne pas miser sur la disparition de l’un ou l’autre de ses futurs concurrents pour se tailler une place dans l’industrie. 

« Nous ne souhaitons de malheur à personne, dit-il. Mais nous croyons quand même le moment propice au lancement de ce projet en préparation depuis deux ans. » 

  • Marco Prud'Homme, président de la nouvelle ligne aérienne OWG, s'entretient avec Vincent Dessureault à QUB radio:   

Au cours de la dernière année, l’entreprise a acquis trois Boeing 737-400. Ses troupes travaillent à les modifier afin de leur donner une configuration, dite économique, de 158 passagers. À terme, chaque avion comptera 25 rangées de six sièges, séparés par une allée centrale.

Prêt au pire scénario

L’entreprise refuse pour l’heure de préciser quelles destinations soleil elle entend offrir. Ces informations doivent être dévoilées dans les prochaines semaines. 

Nolinor refuse de jouer la carte des prix les plus bas, stratégie de nombre de transporteurs low cost. « La guerre de prix, à laquelle se sont livrés la plupart des transporteurs, n’a été bonne pour personne. Nous en voyons les résultats aujourd’hui. » 

Il affirme au contraire vouloir se distinguer par un bon service, offert pour un « juste prix ». « À un moment, il y a un minimum qu’il faut offrir. On ne peut pas tout couper. »

Et si la pandémie devait empêcher ses premiers vols, comme prévu cet automne ? M. Prud’homme fait mine de ne nourrir aucune inquiétude. « Ça ne changerait rien, répond-il. Nous avons conçu ce projet en fonction des pires scénarios. Avec la COVID, on peut dire que le pire est arrivé. Mais nous sommes prêts et allons passer à travers.

NOLINOR AVIATION 

Fondation : 1992

Vocation : Transport de vols nolisés et cargo

► Flotte : 

  • 10 Boeing 737-200 
  • 1 Boeing 737-300 
  • 1 Learjet 45  

OWG 

Fondation : 2020

► Vocation : Transport régulier de voyageurs 

Flotte : 3 Boeing 737-400

Source : Nolinor Aviation